Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

TVA sur le maïs et les tourteaux : « Mesure antiéconomique » selon les éleveurs

TVA sur le maïs et les tourteaux : « Mesure antiéconomique » selon les éleveurs

Le Projet de loi de finances (PLFI) 2020 prévoit, entre autres, de taxer la valeur ajoutée sur le maïs, le blé et l’importation des tourteaux et autres résidus solides pour mobiliser les recettes fiscales.

«Si la TVA sur le maïs et les tourteaux vient à être appliquée, les prix des aliments pour animaux augmenteraient de 25 à 40 %, entrainant par la suite une augmentation des coûts de production pour les éleveurs. Les conséquences sont également assez lourdes pour les consommateurs, dont le pouvoir d’achat est déjà très faible  puisque ces hausses feront également grimper le prix des produits jusqu’à 50 % », a déclaré Rabearivelo Andriamanana­rivo, président du Conseil d’administration de Mala­gasy professionnels de l’élevage (MPE) et porte-parole des éleveurs professionnels.

Pour cet opérateur, taxer ces produits est une « mesure antiéconomique  favorisant l’importation au détriment de la production locale ». Ces éleveurs revendiquent ainsi la suppression de la taxe, no­tamment sur le maïs ainsi que les tourteaux de soja, d’arachide ou de son de blé.

En fait, le maïs est également le deuxième aliment de base des Malgaches après le riz. Or, à cause des chenilles légionnaires d’automne, la production locale a considérablement diminué en 2018 et 2019.

La MPE indique par ail­leurs que 60 à 70 % des dé­penses des éleveurs sont consacrées à l’alimentation des animaux. Quant au maïs, il constitue les 60 à 70 % des composants des provendes pour porc, volailles, poissons alors que les tourteaux composent les 20 à 40% restant. Pour la production de foie gras, le maïs compose 99 % de l’alimentation.

 

Arh.

Les commentaires sont fermées.