Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Abraham Schrameck-Pacha, Gouverneur de Madagascar et dépendances (3)

(Suite.)

C’est un sujet un peu délicat, mais si Monsieur le Ministre des Colonies veut être fixé, il n’aura qu’à interroger les fonctionnaires de Tananariveen congé en France et ils lui fourniront des précisions qui lui permettront d’apprécier le vrai motif de certaines missions coûteuses pour la colonie.

L’emprunt et la banque d’émission

Dérouté par l’Armistice, Abraham Schrameck a vite trouvé d’autres combinaisons pour montrer ses capacités. Il contractera un emprunt de 500 millions pour la Colonie et la dotera d’une banque d’émission avec l’appui de la banque juive de Paris et des Pays-Bas.

Mais il fallait se défier des « colons mécontents » qui, s’ils n’étaient pas consultés, auraient été capables, comme pour le décret minier, de faire avorter le plan.

Aussi, brusquement, les premiers jours de janvier 1919, Schrameck se sent pris d’une amitié soudaine et irrésistible pour ces colons et il réunit à Tananarive une conférence économique composée de deux colons par province, désignés par les Chambres consultatives. Cette conférence aura lieu le 15 janvier. Beaucoup de délégués de provinces excentriques, ne possédant pas les moyens de communication rapides, ne peuvent arriver pour le 15 janvier. Peu importe, il faut agir rapidement car Schrameck doit rentrer en France par leCordillière, attendu à Tamatave le 5 février, et il doit emporter l’avis conforme des membres de la conférence pour son emprunt et sa banque d’émission.

Des commissions se forment qui travaillent avec acharnement et vers le 25 janvier les réunions plénières commencent pour discuter le travail des commissions.

Schrameck Pacha ne peut présider ces réunions, il est à Mahazoarivo.

Pendant ce temps, la conférence admet le principe d’un emprunt de 400 millions, mais à condition qu’un organe nouveau, émané des colons par élection, inspiré des délégations financières d’Algérie soit créé, qui aura seul qualité pour fixer la date d’émission de chaque tranche de l’emprunt selon les possibilités de la main-d’œuvre, en indiquera le quantum et surveillera l’emploi des fonds.

(À suivre.)

Un Vieux Malgache.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique