Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Abraham Schrameck-Pacha, Gouverneur de Madagascar et dépendances (2)

 

(Suite.)

Ce projet était un tissu d’hérésies mettant complètement les prospecteurs à la merci du Service des Mines et de ses agents dont beaucoup, d’une incapacité notoire, créaient la ruine des entreprises minières à Madagascar.

En présence d’un tel projet, la Chambre des Mines proteste, Schrameck mis devant l’évidence des absurdités qu’il renferme promet de ne pas promulguer ce chef-d’œuvre lorsqu’il arrivera revêtu de la signature du Ministre. Mais les prospecteurs n’ayant, à juste titre, qu’une confiance fort limitée dans cette promesse câblent à l’Union Coloniale d’intervenir pour empêcher la signature de ce décret, et ce dernier n’a jamais paru.

L’Armistice

Arrive l’Armistice.

Il jette la stupeur au Gouvernement général de Madagascar. Câblé à Tananarive à 4 heures et connu rapidement de toute la ville, Schrameck ne l’annonce que le lendemain à midi et encore, la main forcée par les Malgaches qui viennent manifester avec des drapeaux devant le Gouvernement général.

Pour s’excuser d’un pareil retard à publier une semblable nouvelle, Schrameck a prétendu qu’il lui fallait le temps de préparer son discours !

Et, chose remarquable, alors que ses prédécesseurs faisaient pavoiser pour le moindre succès, Schrameck, arrivé en juillet 1918, n’a pas fait pavoiser une seule fois jusqu’à l’Armistice.

Il serait des plus intéressants pour l’explication d’une pareille attitude de rechercher depuis combien d’années la famille Schrameck possède la nationalité française.

Le pudibond Schrameck

À son arrivée à Tananarive, Schrameck prend des airs indignés au sujet de la conduite privée de ses prédécesseurs ; il n’y était pas depuis trois mois que Mahazoarivo, la résidence de campagne des Gouverneurs de Madagascar, située à quelques kilomètres de Tananarive, était devenue « le parc aux cerfs » de ce pudibond gouverneur.

Alors que l’essence manquait pour les services postaux d’autobus, les autos particulières du Pacha Schrameck fonctionnaient nuit et jour pour amener ces dames à Mahazoarivo.

(À suivre.)

Un Vieux Malgache.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique