Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Jirama : des têtes continuent de tomber

Jirama : des têtes continuent de tomber

Les fusibles sautent au sein de la Jirama. Le Conseil d’administration de la compagnie d’eau et d’électricité a limogé, hier, six directeurs. Des destitutions qui surviennent deux mois environ après le limogeage du directeur général et près de deux semaines après celui du ministre de tutelle.

Les premiers décideurs de la Jirama ont résolu de remplacer quelques-uns des responsables administratifs et techniques de la compagnie, visiblement sui­te aux diverses difficultés qu’elle a cumulées ces dernières semaines, voire ces derniers mois. Et le limogeage du directeur général ainsi que du ministre de tutelle n’aura pas suffi.

Par conséquent,  le Con­seil d’administration a abrogé les décrets de nomination de six directeurs à savoir le Directeur d’exploitation des réseaux interconnectés (DERI), le Directeur technique Eau Antananarivo (DTOA), le Directeur production électricité (DPE), le Directeur principal région Antananarivo (DPRA), le Directeur approvisionnement et logistique (DAppro) et le Directeur communication (DComm). Leur second respectif assure leur intérim.

La majorité des quartiers d’Antananarivo et ses environs n’ont pas été épargnés par les problèmes d’approvisionnement en électricité et de distribution d’eau, depuis la semaine dernière.Les usagers plus im­puissants que coléreux face à cette situation, grognent.

Des perturbations quotidiennes pour la population

Qu’il s’agisse de délestages techniques ou économiques, de pannes techniques ou de coupures d’électricité au sens propre du terme, la conséquence est la même pour les usagers dont les activités quotidiennes se trouvent fortement perturbées. Et aux coupures d’électricité s’ajoutent les coupures d’eau aussi longues que fréquentes, presque dans tous les quartiers de la capitale et ses environs. Et ces déficits de distribution ne datent pas d’hier.

Ces fléaux sont malheureusement devenus le quotidien de la plupart des ménages. Et sans protestations manifestes, beaucoup d’usagers affirment être au plus haut degré de leur colère contre la Jirama. Au mieux, la Jirama tente de calmer les consommateurs en expliquant les raisons de ces perturbations. Mais au pire, ce sont ces explications fournies par la Jirama qui crispent les usagers.

Néanmoins, la Jirama annonce l’adoption de mesures d’urgence dans le courant de cette semaine en vue de satisfaire les besoins en électricité et en eau de la population surtout à Antananarivo.

 

Arh.

Les commentaires sont fermées.