Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique :écoute le camion qui passe

A la veille de chaque scrutin, je me pose une question, toujours la même : n’y a-t-il aucune différence entre une campagne électorale et la propagande électorale? Dans la conversation courante comme dans la presse, campagne et propagande semblent interchangeables, avec toutefois une nette préférence pour le terme propagandeemployé aussi bien en malgache qu’en français.

Un camion recouvert d’affiches passe. Un fonds musical tonitruant annonce le véhicule qui ne roule pas trop vite, il faut qu’on le voie. Dans la rue, on réagit en deux temps. On prête d’abord l’oreille pour deviner qui chante. Qui sait ? C’est peut-être de la publicité pour un concert. Ce n’est pas un concert ? La réponse fuse : « Ah, c’est la propagande ».

Mise en œuvre par le Vatican, la propagande a d’abord été la reconquête desfidèles dans le monde occidental. En 1792, Condorcet la décrit comme « une action organisée en vue de répandre une opinion ou une doctrine (surtout politique) ».  On parlera aussidès le XIXème siècle de propagande sanitaire ou médicale. Au tournant du XXème siècle,  le terme a une connotation positive. Pour diffuser des idées nouvelles, on fait appel à des propagandistes, qui sauront former d’autres propagandistes et ainsi de suite. La seconde guerre mondiale sonnera le glas de la connotation positive de la propagande, mais pas des propagandistes ni de la propagande, que la mode du vocabulaire politiquement correct a joliment renommée communication.

Aujourd’hui, la période que le candidat à une élection consacre à obtenir l’adhésion des électeurs à son projet et à son programme (s’il en a un)  s’appelle une campagne électorale. Pendant quelques semaines, les électeurs se sentent choyés, écoutés, leurs besoins et leurs attentes pris en considération. Par chez nous, ces quelques semaines sont une parenthèse enchantée qui ressemble parfois à une veille de Noël : sacs de riz, huile, sucre, casquettes et t-shirts répondent effectivement à des besoins clairement exprimés.

Alors campagne ou propagande ? Chut, j’écoute la musique du camion qui passe…

 

KembaRanavela

Les commentaires sont fermées.