Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Départs

 

Un prochain départ de Malgaches aura lieu par le Louqsor. Ils ne se sentent pas de joie. Leur enthousiasme est d’autant plus grand qu’ils n’ont plus en vue le danger de la guerre tout en ayant le plaisir de voir du pays, et la perspective d’être choyés, cajolés, dorlotés par ces bonnes dames métropolitaines qui n’ont certes pas cet air rogue, farouche des vazaha de leur pays natal. Les chéris ! Comme ils vont être bien, quel délire d’engouement ne vont-ils pas encore provoquer ; ils sont si mignons en effet ; ils ressemblent si bien aux petits jackos et aux petits chiens que les dames aiment tant à tenir sur les genoux ! En France, elles ne les porteront pas sur les genoux, ni ne les tiendront en laisse, ils sont trop lourds, elles ne pourront pas non plus leur attacher un ruban rose autour du cou ; mais il est curieux de voir, dans certaines localités, leur façon de se porter à la rencontre de ces individus qui dans leur pays natal étaient souvent reçus à coups de pied quelque part. La République est une bonne mère qui distribue ses faveurs à tous ses enfants, quels qu’ils soient ; et il serait très possible qu’on envoie des tirailleurs en France alors qu’il n’y a plus de guerre uniquement pour leur payer l’agrément d’un voyage et leur faire visiter de jolies choses. De cette façon, se dit un ministre intellectuel, la vue de toutes ces belles choses excitera leur enthousiasme et ils auront à cœur de travailler à rendre leur pays natal aussi beau que celui qu’ils viennent de quitter. Le résultat obtenu est diamétralement opposé : tout individu qui vient de France est plus ou moins vazaha et ne doit pas travailler. C’est ainsi que s’est constituée la grande armée des fainéants qui encombrent la Colonie.

Excellente mesure

À partir du 1er novembre, tout indigène rencontré sans être en règle pour ses impôts sera ramassé et employé dans des travaux d’utilité publique, aux environs de Tamatave. Étant donné le grand nombre des sans carte, cette mesure hâtera l’exécution des travaux qui restent en suspens faute de main-d’œuvre.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique