Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Farafangana : un maire abattu sous les yeux de son fils de 9 ans

Farafangana : un maire abattu sous les yeux de son fils de 9 ans

Le maire de la Commune rurale d’Antseragnambe a été tué de sang-froid à son domicile à l’aube du 7 novembre. Les assaillants ont dérobé ses objets personnels.

Le premier magistrat de la Commune d’Antse­ra­gna­m­be, dans le district Fara­fan­gana, a été tué cette semaine dans une attaque à main armée. Selon une source policière, trois hommes armés et encagoulés se sont introduits chez l’élu, au Fokontany Am­ba­lanomby Com­mune ur­baine Farafan­gana. Selon une source locale, une dizaine d’individus ont commis ce crime. Elle a précisé que le maire a été tailladé au cou avant d’être exécuté. Avant de mourir, d’une voix saccadée, le maire a dit un dernier mot d’adieu à son fils de 9 ans qui a vu de ses propres yeux les supplices de son père.

Un meurtre prémédité ?

Les policiers auprès du commissariat de Farafanga­na­na se sont chargés de l’enquête. Ils ont demandé l’aide de la gendarmerie en vue retrouver les bandits, a confié un haut responsable de la Police nationale dans cette partie de l’île, hier. Il a ajouté que les as­sail­lants ont vainement cherché le maire dans les quatre maisons avoisinantes. Le maire s’est caché et a demandé à son fils de 9 ans de fuir lorsque trois hommes ont forcé la porte. Après avoir fouillé la maison durant quelques minutes, les assaillants ont retrouvé le maire. Tout en le tirant de sa cachette, ils ont intimé l’ordre de leur remettre l’argent. Le maire n’a pas obtempéré. Ce qui a attisé la colère des malfaiteurs qui n’ont pas hésité à l’achever. C’est seulement après que les trois hommes ont emporté les objets personnels du maire, dont un chapeau, deux téléphones portables et une certaine somme d’argent. Selon le témoignage du garçon, son père a vaillamment essayé de repousser les assaillants mais l’un de ces derniers lui a tiré à bout portant.

D’après les voisins, quatre autres individus, probablement des complices des bandits, se postaient au nord de la maison du maire et trois autres à l’ouest. Des suspects ont déjà été entendus mais l’enquête suit son cours, a confié le haut responsable.

Le corps a été rapatrié dans son village natal, à Soani­e­rana, fokontany Voloina, dans la Commune rurale d’An­tanambe. Âgé de 55 ans, le défunt a laissé derrière lui deux orphelins, dont un bébé de 8 mois, et une veuve.

 

Felana Michelle

Les commentaires sont fermées.