Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Rencontre avec le CSM : Andry Rajoelina martèle la réforme de la justice

Rencontre avec le CSM : Andry Rajoelina martèle la réforme de la justice

Le président de la République, Andry Rajoelina, a rencontré pour la deuxième fois, les membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) hier, à Ambohitsorohitra. La nécessité de reformer la justice a été au centre des discussions.

Les consignes du président sont claires : « La lutte contre la corruption et l’amélioration des conditions carcérales. C’est dans ces domaines précis que le changement doit être opéré ».

D’après le communiqué suite à cette rencontre, le régime entend mettre l’accent sur l’amélioration du fonctionnement de la justice et le respect des droits de l’homme. A ce titre,  le numéro un du CSM a invité le monde de la justice à revoir leur pratique afin de mettre un terme aux nombreuses doléances reçues.

« Un changement de mentalité est nécessaire et doit être également appliqué dans la façon de travailler », a d’ailleurs soutenu le chef de l’Etat.

4000 dossiers en attente

Sur ce, la Présidence a pris comme illustration la Police de l’Air et des Fron­tières qui a fait l’objet d’une visite inopinée du chef de l’Etat récemment. D’ailleurs, il prévoit également une descente au ni­veau du tribunal « afin de constater de visu les réalités, mais aussi pour avoir une confirmation à propos des doléances reçues ».

Le président Andry Rajoelina a également saisi l’occasion pour interpeller les membres du CSM sur la nécessité d’instaurer une justice équitable et de lutter contre la corruption « afin de regagner la confiance de la population», a-t-il ajouté. D’ailleurs, c’est l’un des principaux axes de ses en­gagements durant la campagne électorale.

Concernant la surpopulation carcérale, le chef de l’Etat a insisté sur l’accélération des audiences foraines qui a pour but de désengorger les prisons. Il semble en effet que 4000 dossiers sont en attente de traitement chaque année. « Il est inconcevable que les condamnés ne représentent que le quart de la population carcérale », a déclaré le président de la République.

J.P

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique