Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Place aux choses sérieuses

Place aux choses sérieuses

Après plusieurs semaines de précampagne, trop longue pour certains, trop court pour d’autres, la campagne électorale proprement dite débute dès aujourd’hui pour une vingtaine de jours. Il appartient désormais à chaque candidat, que ce soit dans la capitale ou dans les autres communes, de montrer de quoi ils sont capables.

Gageons seulement que le débat d’idées tant attendu se présente enfin. Car, ces temps-ci, la manipulation des informations à travers les réseaux sociaux est à la mode pour certains. Sur ce, il est inutile de tirer sur qui que ce soit, sauf que l’éducation électorale passe par une prise de responsabilité des principaux acteurs, candidats et leurs proches notamment.

Toujours est-il que la campagne électorale est un moment unique où chacun devra vanter ses atouts pour gagner le cœur des électeurs et non pas un moment d’égratigner des adversaires à coup de diffamation. En tout cas, il fut un moment où l’Exécutif a été taxé de ne pas vouloir aller aux élections par peur de perdre certaines localités. Maintenant que la campagne électorale va débuter, il n’y a plus de retour en arrière. Que ceux qui doivent défendre des bilans, s’il en existe, se lèvent maintenant et révèlent aux électeurs leurs acquis.  Ils n’attendent que ça.

Ceci étant, sur un millier de communes, c’est vers les grandes villes que les yeux se tourneront dès aujourd’hui, notamment les six chefs-lieux de province. Et comme toujours, les débats de la capitale seront particulièrement suivis de près. Et pour cause, le cœur du pouvoir s’y trouve, donc, ceux qui font et défont le régime en place.

Et pour la première fois, si l’on s’en tient aux projets annoncés et aux efforts fournis par les prétendants, il y a une grande chance que le prochain premier magistrat de la capitale vient du clan du régime. En attendant, place d’abord aux sensibilisations des citoyens.

Rakoto

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique