Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Elections communales : C’est parti pour 20 jours de campagne

Elections communales : C’est parti pour 20 jours de campagne

La campagne électorale commence officiellement ce jour pour ne se terminer que le 25 novembre, à minuit. En tout, une période de 20 jours durant laquelle chaque candidat dans tout Madagascar tente de convaincre les électeurs selon leur stratégie, tout en respectant les textes en vigueur.

Début de la campagne électorale ce jour pour tous les candidats dans toute l’île. Cinq prétendants sont en lice pour briguer la mairie de la capitale. Et chacun d’eux débutera leur campagne à leur manière. Si certains tels les candidats de l’IRD et du Tim ont décidé d’ouvrir la campagne avec de grands rassemblements, d’autres ont décidé de sillonner les six arrondissements, à l’instar du candidat de l’APM, à travers un road show.

En effet, si chaque candidat et leur partisan respectif sont libres d’organiser des réunions publiques ou des carnavals durant cette campagne, ils doivent toutefois se conformer aux règles. Leurs discours et gestes doivent respecter les dispositions des textes.

L’article 57 de la loi organique 2018-008 sur les élections et les référendums stipule que «La campagne électorale est régie par les principes fondamentaux, entre autres, le respect de l’unité nationale et de l’esprit du fihavanana malagasy, la neutralité de l’administration et l’impartialité des services publics ».

Une période de « silence électorale » de 24h, entre le 25 et le 27 novembre, marquera la fin de cette campagne avant que les électeurs ne se rendent aux urnes. Com­me son nom l’indique, toute propagande, quels que soient le support et la forme, est interdite durant cette période de « silence électorale » du 26 novembre.

La Ceni redouble de vigilance

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni)  veille au grain en vue des communales du 27 novembre. Il semblerait en effet que des tentatives de fraude se préparent. Dans tous les cas, les préparatifs avancent sûrement.

D’après son vice-président, Thierry Rakotonarivo, lors d’une rencontre avec la presse hier à Alarobia, « Tous les préparatifs sont presque achevés à l’exception de l’impression des bulletins uniques ».

Après quatre élections successives, la Ceni a acquis une solide expérience en matière électorale, mais la vigilance est toujours de mise. Les candidats sont actuellement appelés à retirer les spécimens de bulletins uniques auprès de la Ceni pour les opérations de sensibilisation et de campagne.

« Pour des questions de sécurité, on a cependant tenu secret quelques dé­tails », a expliqué le vice-président de l’organe. « Les bruits courent beaucoup actuellement sur des tentatives de fraudes que certains préparent déjà et la Ceni se doit d’être vigilante », a-t-il souligné.

Plaintes et revendications

Dans tous les cas, la Ceni se tient prête à toute éventualité, concernant particulièrement les plaintes et diverses revendications. « Les plaintes seront déposées auprès des autorités compétentes selon leurs types », a expliqué Thierry Rakotonarivo.

 Les plaintes relatives aux infractions électorales telles que les disqualifications ou annulations de voix seront ainsi déposées auprès du Tribunal administratif, tandis que celles concernant les crimes et délits seront envoyées auprès du Tribunal de première instance le plus proche.

Quoi qu’il en soit, 16 observateurs électoraux sont actuellement inscrits sur la liste noire de la Ceni. Ces derniers ne sont plus accrédités pour les opérations d’observation en collaboration avec la Ceni et par conséquent, n’obtiendront pas de badge d’accréditation. « Ils pourront cependant observer les élections comme tout citoyen, mais ne peuvent accéder à certains sites sensibles », a précisé le vice-président de la Ceni.

 

T.N

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique