Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

De l’eau au carburant

De l’eau au carburant

Autant dire que Vonjy Andriamanga, l’ancien ministre de l’Energie, de l’eau et des hydrocarbures n’a pas eu le vent en poupe. Il a hérité d’un ministère clé dans le développement du pays qui, durant ces dernières années, est également confronté à de nombreux défis complexes. En fait, d’autres avant lui avaient aussi eu du mal à prendre le taureau par les cornes et carrément échoué. Certes le problème de l’approvisionnement en énergie ne date pas d’hier, mais jamais il n’a atteint son paroxysme que durant la direction de Vonjy Andria­manga. Les circonstances et les conjonctures ne l’ont pas favorisé.

A ne plus rappeler les anecdotes des bidons jaunes faisant référence à une pénurie d’eau dans la capitale. Faire la queue dès l’aube devant les bornes-fontaines et attendre le passage des camions-citernes dans les quartiers pour quelques litres, se réveiller tôt le matin en espérant que le débit des robinets suffit pour faire des réserves… ont fait partie du quotidien des ménages malgaches. Même actuellement, plusieurs localités de la capitale se plaignent encore du manque d’eau.

L’eau c’est la vie, mais l’électricité est aussi primordiale. Entre délestage proprement dit et délestage technique ou économique, c’est maintenant du pareil au même pour les usagers. Hery Rajaonarimampiana a promis de résoudre ce problème en trois mois. Mais c’était de la pure démagogie. Six ans plus tard, les coupures de courant restent encore d’actualité. Dernièrement, plusieurs localités de la Ville des Mille n’ont pas échappé à un « black out » suite à une panne à la centrale d’Am­bohimanambola.

Et tous les voyants sont au rouge quand la crise du carburant a mis le feu aux poudres. Malgré les explications apportées et les mesures prises, cela n’a pas apaisé la grogne des usagers en colère. Le mal est fait et cela a un prix : le limogeage.

RA.

Les commentaires sont fermées.