Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Fafa Mahaleo: une grande voix s’est éteinte à jamais

Fafa Mahaleo: une grande voix s’est éteinte à jamais

Le mythique groupe Mahaleo est en deuil. 9 ans après la disparition de Nono (2010) et 5 ans après celle de Raoul (2014), Famantanantsoa Rajaonarison mieux connu sous l’appellation de Fafa, est décédé hier matin à l’âge de 65 ans, des suites d’une maladie respiratoire.

Il a été admis au Service des urgences de l’Hôpital Joseph Ravoahangy An­drianavalona (HJRA) depuis mercredi soir. Les moulins de son cœur se sont arrêtés de tourner hier, en début d’après-midi, selon un proche du groupe Mahaleo. Le chanteur de « Tsy misy ny doria » est parti rejoindre Raoul et Nono.

Chanteur et enchanteur. Voilà deux mots qui résument parfaitement Fafa sur scène bien qu’on a tous des anecdotes à raconter sur cet artiste dont le talent n’a d’égal que sa modestie et sa discrétion légendaire. De son vivant, il a constamment rappelé qu’il est « juste une voix », mais c’est sans con­teste l’une des plus belles de Madagascar. Comme Char­les, il a rejoint Mahaleo quand le groupe animait à l’époque, c’est-à-dire depuis 1972, les fêtes du lycée. Il était éga­lement la voix de tête du groupe Kolibera et notamment Feo Gasy, nouvellement reconstitué.

Ultime hommage

En avril, la famille de Fafa a démenti une folle ru­meur sur les réseaux so­ciaux, selon laquelle il est décédé.  Remis sur pied quelques mois après, l’artiste a annoncé son retour. « Faradoboka » aurait dû être l’occasion pour Fafah de reprendre du service, mais à quelques jours du rendez-vous, le 13 octobre, il a fait une rechute.

« Ce concert pourrait bien être le dernier pour Mahaleo », avait fait savoir Dama en marge du « Faradoboka » à Antsahamanitra, ajoutant que « Fafa est unique en son genre tout comme il est irremplaçable. En tant qu’être hu­main, on finira par disparaître un jour ou l’autre, mais nos œuvres restent et traversent le temps ».

Ce fut sur la scène du palais des Sports et de la culture Mahamasina, en 2017, que Fafa a partagé pour la dernière fois, le micro avec Dadah, Charles, Bekoto et Dama. Il a brillé par son ab­sence lors du « Che bel canto », un concert donné en hommage à son groupe l’année dernière sur ce même lieu emblématique. Idem pour le spectacle qui s’est déroulé cette année, au mois de mai.

« Sauf changement, un ultime hommage lui sera rendu ce mercredi au palais des Sports et de la culture Mahamasina », a confié Bekoto, les larmes aux yeux.

Joachin Michaël

 

Les commentaires sont fermées.