Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique :promotion 2019

Quelle année scolaire mes aïeux ! Longue, certes, mais ce devait être pour la bonne cause, celle du calendrier de transition vers une rentrée au 1er mars et des grandes vacances à Noël.  Habitués des transitions qui durent, méfiants à l’égard de tout changement, nous avons préféré revenir à ce que nous connaissons : une situation inconfortable, injustifiée mais cela vaut toujours mieux mieux que l’inconnu.  La cause du calendrier scolaire adapté au climat n’a pas pesé très lourd face aux considérations de ceux qui savent. Si elle avait des partisans, ceux qui ont conçu le calendrier par exemple,  ils se sont montrés très discrets. L’année scolaire a donc été amputée de quelques semaines pour permettre une organisation optimale des examens officiels.

Las… Quand ils seront bien vieux le soir à la chandelle, les heureux lauréats de la promotion 2019 se souviendront  avec émotion des épreuves vespérales interchangeables du baccalauréat ; ils évoqueront  le jeu favori des candidats au BEPC : décrypter les questions alambiquées des sujets de malgache, de français ou de sciences physiques. Ils auront peut-être oublié les coquilles du CEPE mais ressortiront pour leurs petits-enfants le délicieux texte de français « Premier voyage en ville. C’est la grande vacance. Maman a décidé de visiter sa grande sœur à Antananarivo. (…)La circulation est dense. L’agent de police a arrêté les voitures. Voici qu’on débarque à la gare routière. Il y a là des taxi-brousses, de nombreux restaurants et des milliers de gens. Un flot humain se dirige vers la rue et la traverse. Nous nous décidons à traverser mais un grand autobus bleu passe devant nous. Maman remonte vite sur le trottoir, moi aussi. Je ne comprends rien. Mon cœur bat fortement. « Oh, mon Dieu, protégez-nous ! » dis-je tout bas. Notre séjour en ville est magnifique. Quand j’arrive chez nous, je travaillerai très fort pour réussir à l’examen de CEPE et je préfèrerai vivre avec ma tante en ville ».

Moi non plus je ne comprends rien. Et mon cœur bat fortement.

 

KembaRanavela

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique