Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Culture Bara : Faby Belamaky en digne porte-étendard

Culture Bara : Faby Belamaky en digne porte-étendard

Un tout jeune fervent défenseur de la culture Bara, Bienvenu Razafindrakoto a.k.a Faby Belamaky, signe son premier opus intitulé « Rano » et ambitionne de participer aux prochains « Prix découvertes RFI ».

Renfermant 10 titres,  cet album met en va­leur le courant musical typique à l’ethnie Bara, à savoir, les « Antsa Be », « Re­pa », « Sokelam-bara », « ka­ritaky » et notamment le « Be­lamaky », son nom de scène.

« Rano est sorti en deux séries. Nous planchons actuellement sur une réédition de l’album », a-t-il avancé en ajoutant que « L’eau est source de vie, elle purifie. Elle est essentielle dans les rituels traditionnels comme le ‘’tsipi-rano’’». Il manifeste également son souhait de faire voyager sa musique par-delà les océans. « Mon signe astrologique correspond à l’eau. De surcroît, ‘’vitan-drano’’ est également l’un des titres issus de cet album », a-t-il mentionné.

A l’origine

Le peuple Bara est souvent associé à tort, aux redoutables voleurs de zé­bus. La raison, le zébu occupe une place importante dans la société, tout comme la musique d’ailleurs. « Eta­lée à même le sol, Lamaky ou natte dans d’autres termes, était jadis utilisée comme scène de spectacle lors des cérémonies royales.  Ce fut sur cet ouvrage de vannerie épaisse que musiciens, chanteurs et danseurs ont donné leur représentation pour émerveiller les rois. C’est là qu’est né le mot  Belamaky », a-t-il raconté.

Ayant grandi dans une famille adepte du chant chorale, Faby voue un attachement particulier au chant. Eprouvant un sentiment de nostalgie de la culture de son enfance, il fait un retour aux sources et décide de porter haut la culture de sa terre natale.

Pour assouvir cette passion, Faby part sur les routes et côtoie les sommités de la musique à l’instar du roi de la valiha,  Rajery.  C’est là que l’idée de tenter un coup de poker artistique aux « Prix découvertes RFI » a germé. « C’est un projet en gestation, on travaille actuellement là-dessus ».

 

Joachin Michaël

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique