Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pas d’annulation du Bac : le proviseur du Lycée Imerintsiatosika passe aux aveux

Pas d’annulation du Bac : le proviseur du Lycée Imerintsiatosika passe aux aveux

L’enquête sur la fuite de sujets du baccalauréat suit son cours. D’autres têtes vont surement tomber, car la première personne inculpée dans cette affaire a tout avoué. Certains responsables qui ont fait preuve d’irresponsabilité ne resteront pas impunis. Et, malgré plusieurs avis sur l’annulation de cet examen, le numéro un du Mesupres, Blanche Nirina Richard a souligné que ce ne sera pas le cas.

Un acte de déstabilisation préparée. C’est en ces termes que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) a qualifié cette affaire.

« Ce n’était pas un acte de corruption, sinon les sujets n’auraient pas fait l’objet d’une large diffusion sur les réseaux sociaux, mais tenus secrets », a souligné le ministre du Mesupres, Blanche Nirina Richard, lors d’un point de presse tenue hier, à Fiadanana. C’est pour cette raison que ce département ministériel a décidé de déposer une plainte contre X.

Concernant les auteurs et les sources de la fuite, les enquêtes se poursuivent. «On ne tardera pas à démasquer les coupables, car le premier suspect dans cette affaire, en la personne du proviseur du Lycée Imerin­tsiatosika et chef de centre adjoint de ce centre d’examen, a décidé de passer aux aveux», a informé le numéro un du Mesupres. Apparemment, il aurait donné les noms de ceux qui lui ont fourni le sujet de Physique-Chimie, la veille de l’épreuve.

« Le ministère de tutelle a également pris immédiatement des mesures à l’encontre du di­recteur des examens nationaux d’Antananarivo, qui ont adopté une attitude et un comportement irresponsables, entrainant des troubles qui ont perturbé le déroulement des épreuves», a ajouté Blanche Nirina Ri­chard.

« En tant que premier res­ponsable, je ne compte pas fuir mes responsabilités en démissionnant », a noté Blanche Nirina Richard.

Pas d’annulation des épreuves

Ayant reconnu le désordre et le retard dans l’acheminement des sujets de garde auprès des centres d’examens, le ministre du Mesupres a présenté ses excuses à la population, aux candidats et aux parents tout en les rassurant que les épreuves ne seront pas annulées. « Il n’y a aucune raison qui justifie l’organisation d’une autre session, car les mesures nécessaires sont déjà prises face à la fuite de sujet, dont le recours aux sujets de garde », a-t-elle fait valoir.

Malgré les difficultés, la session spéciale d’histoire-géographie, reportée hier pour certains centres d’examens à Toamasina, a bouclé le Baccalauréat général. Le ministre de tutelle entend poursuivre la seconde partie des épreuves pour l’enseignement technique qui se déroulera la semaine prochaine.

Fahranarison

Lors d’un point de presse tenu dans la soirée d’hier, l’Université d’Antananarivo, via son président, le Pr. Mamy Raoul Ravelomanana, a présenté ses excuses face au bouleversement du dé­roulement du Bacca­lau­réat. « Malgré les déstabilisations, les épreuves ont pu être menées à terme grâce aux mesures prises avec le ministère de tutelle, conformément aux lois en vigueur », a-t-il souligné.

Ainsi, toutes les parties prenantes vont s’atteler d’ores et déjà à la suite du processus, dont la correction des feuilles de copies et l’organisation des épreuves techniques. Et, les contrôles sont renforcés jusqu’à la proclamation des résultats.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique