Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Elections communales : Coup d’envoi de la précampagne

Elections communales : Coup d’envoi de la précampagne

La précampagne des communales du 27 novembre a été officiellement lancée hier et durera jusqu’au 5 novembre. Les candidats disposent donc d’un mois pour se faire connaitre, à condition de ne pas inciter les électeurs à voter pour eux.

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a publié hier, la liste officielle des candidats aux communales. Cette procédure marque également le début de la période de précampagne, jusqu’au 5 novembre, date à laquelle commencera la campagne électorale proprement dite.

Désormais, toutes les dispositions s’appliquant aux candidats exerçant des fonctions au sein de l’administration et des collectivités, entrent en vigueur, selon les précisions du vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo.

Ainsi, pour le cas des fonctionnaires, ils seront désormais suspendus temporairement de leur fonction au sein de l’administration publique. Ils sont obligés de demander une autorisation spéciale d’absence qui prend effet à compter d’hier jusqu’au 28 novembre. La même disposition s’appliquerait également aux candidats faisant partie du personnel des collectivités territoriales, dont les communes et les districts.

« Pour le cas des hauts fonctionnaires, ils seront considérés comme démissionnaires d’office depuis hier, qu’ils ont démissionné ou pas » a précisé le numéro 2 de la Ceni.

Disqualification

Outre ces conditions, la Ceni a également rappelé que toutes actions et déclarations similaires à la campagne électorale sont formellement interdites durant cette période. Les candidats qui enfreindront ces règles risquent des sanctions, pouvant aller jusqu’à la disqualification, selon la Ceni.

Si l’incitation des électeurs à voter pour tel ou tel candidat est exclue durant la précampagne, les candidats auront toutefois le droit de dresser leur profil auprès des électeurs. Pour cela, ils pourront notamment annoncer aux électeurs leur numéro d’ordre dans le bulletin unique sans toutefois les appeler à voter pour eux ou une liste de candidats.

Concernant ce numéro d’ordre, la Ceni a souligné qu’en dépit des requêtes des candidats, elle ne peut pas changer les textes en donnant aux candidats d’une même partie, le même numéro d’ordre dans le bulletin unique. Cela après que des prétendants à la mairie et au poste de conseillers municipaux se plaignaient du risque de confusion que pourrait entrainer l’existence de deux numéros différents pour les candidats d’un parti politique.

Selon les chiffres publiés par la Ceni hier, 6275 candidats participeront aux élections au poste de maire et 4960 au poste de conseiller municipal. Les statistiques demeurent toutefois provisoires en raison des requêtes des candidats, dont les traitements sont en cours au niveau des tribunaux administratifs.

 

Tsilaviny Randriamanga

 

Les commentaires sont fermées.