Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

De l’eau à la lumière

De l’eau à la lumière

Les chiffres sont effarants, mais loin d’un compte d’apothicaire. Le bilan sur la trésorerie de la Jirama reste très mitigé, résultant d’une étude menée par le cabinet Castalia Limited soutenu par la Banque mondiale. En résumé, la compagnie nationale va mal. 1.600 milliards d’ariary d’arriéré en juin 2019, ce montant continue de grimper d’ici 2025. Pour dire que la situation financière de la Jirama risque de s’empirer si aucune mesure de redressement ne sera entreprise.

Le pire est devant nous. A travers cette étude, la Banque mondiale a tiré en quelque sorte la sonnette d’alarme. Continuer à ce rythme ne présage rien de bon et l’Etat va certainement payer le prix fort. La Jirama doit revoir sa copie, notamment sur les contrats avec les fournisseurs, car certaines irrégularités constatées mettent à mal la compagnie. Paradoxalement, ces contrats affectent davantage la gestion de la Jirama qui n’arrive pas à se maintenir à flots, depuis des années. Une cote mal taillée.

Le redressement semble inéluctable et aura certainement des impacts auprès des usagers. En fait, la hausse graduelle des tarifs s’impose, à croire la Banque mondiale, contrairement aux attentes de la population qui à chaque fin du mois, s’attend toujours à une facture salée. Les tarifs montent alors que la qualité de service se dégrade.

Personne n’est réticent à l’idée de redorer le blason de la Jirama quand on a droit à plusieurs coupures de courant au quotidien et que toutes les activités sont perturbées. Hier, dans les quartiers d’Ampefiloha, Isotry, 67ha… la panique s’est de nouveau emparée de la population. Les robinets ont été à sec dès l’aube jusqu’à la fin de l’après-midi. Une situation devenue banale dans la capitale ces derniers mois.

Mais de là à revoir à la hausse les tarifs d’une manière graduelle, surtout en ce temps où l’inflation semble immaîtrisable, mettra les usagers le dos au mur.

RA.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique