Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Malheur aux vaincus

Malheur aux vaincus

La fébrilité électorale souffle de nouveau sur le pays depuis la publication des listes des candidats aux communales.

Des politiciens mal informés ont tenté d’insinuer au début que les communales n’ont la valeur par rapport aux élections précédentes, sans prendre en compte la dominance des maires à la base de tout pouvoir. Une question de proximité. Les défis donc sont posés actuellement pour occuper le terrain durant les cinq ans à venir et asseoir une autorité inébranlable, au profit des détenteurs de la majorité des communes.

Le parti au pouvoir, par sa position dominante, reste le favori logique en toute circonstance. Sa situation lui a conféré d’ailleurs une place prépondérante lors des élections législatives où il s’est taillé la part du lion au Palais de Tsimbazaza, si la Chambre haute reste encore une autre paire de man­ches devant être résolue d’une façon ou d’une autre, en fonction du temps, certainement.

Pour envahir le millier de communes reparties dans toute l’île, le parti fort de l’heure n’a qu’à pousser ses pions sur l’échiquier où ses électeurs reconnaissent naturellement ses poulains pour leur transposer leur choix.

Le monde politique fait sien depuis la nuit des temps d’ailleurs l’adage « tel père, tel fils » si bien que les partisans des vaincus ne parviennent que rarement à surpasser les performances de leur géniteur et sont toujours battus. Le schéma semble déjà tracé alors pour le mois de novembre prochain puisque le peuple clame d’avance le « malheur aux vaincus » dans l’arène politique soit dit.

Manou

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique