Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Kidnapping du DG de Conforama : 5 à 7 ans de travaux forcés pour les ravisseurs

Kidnapping du DG de Conforama : 5 à 7 ans de travaux forcés pour les ravisseurs

 

La décision du Pôle anti-corruption (Pac) est tombée hier, en début de soirée. Six des 12 personnes impliquées dans le kidnapping du DG de Conforama en novembre 2018, ont été condamnées à une peine allant de 5 à 7 ans de travaux forcés.

Seuls, neuf des douze accusés ont assisté à leur procès, dans la salle d’audience du Pac aux 67 Ha. Parmi eux figuraient notamment trois femmes, dont l’une était reconnue coupable pour complicité et condamnée à une peine de 5 ans de travaux forcés. Quant aux deux autres, elles ont été relaxées.

Une autre femme répondant au nom de Victorine Soanandrasana, qui fait actuellement l’objet d’un mandat d’arrêt, est aussi condamnée à 5 ans de travaux forcés. Pour cause, elle fait partie des trois individus impliqués dans cette affaire, mais qui ne se sont pas présentés à la juridiction des 67 Ha.

Pour les huit hommes jugés, trois ont été reconnus coupables et condamnés à 7 ans de travaux forcés. C’est notamment le cas du premier ravisseur arrêté quelques jours seulement, après le rapt. Celui-ci serait également impliqué dans l’enlèvement du DG de la société Makiplast qui a eu lieu moins d’une semaine avant le kidnapping du DG de Conforama, Nassir Sivjee.

En dénonçant ses complices, il a permis aux forces de l’ordre d’arrêter les autres membres du groupe. C’est le cas des deux autres accusés qui ont été condamnés à des années de travaux frorcés. Quant aux cinq hommes restants, ils ont été tous relaxés au bénéfice du doute.

A titre de rappel, l’acte s’est déroulé le 14 novembre 2018, du côté d’Androhibe. Et, ce Français d’origine indienne n’a été libéré qu’après six jours de captivité. Aucune information sur la condition de sa libération n’a jamais été publiée, mais à entendre les explications lors de l’audience au Pac, une grosse somme d’argent, estimée à 650 millions aurait été découverte chez l’un des ravisseurs. Elle pourrait s’agir d’une partie de la rançon exigée par les malfaiteurs.

Troisième session

Ce procès lié à l’enlèvement du propriétaire du magasin Conforama a également clos la 2e session du Pac. Ainsi, les dossiers qui n’ont pas été jugés devraient attendre la prochaine session, dont l’ouverture est prévue le 30 septembre.

Les affaires impliquant deux des anciens proches conseillers de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, en la personne de Mbola Rajaonah et de Claudine Razaimamonjy, seront à l’ordre du jour. De même pour le procès du député et ancien DG des domaines, Hasimpirenena Rasolomampionona, toujours placé en mandat de dépôt à Antanimora.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.