Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pôle anti-corruption : quatre dossiers ouvrent la session

Pôle anti-corruption : quatre dossiers ouvrent la session

La deuxième session du Pôle anti-corruption a commencé hier. Quatre dossiers liés notamment à des exportations illicites, au terrorisme, ou à des abus de fonction figurent dans la liste des dossiers à traiter.

La session du Pôle anti-corruption (Pac) a repris hier après quelques jours de pause. Pour cette nouvelle série d’audiences, quatre dossiers sont prévus, dont deux ont été déjà traités hier.

C’était le cas d’une affaire d’exportation et non-déclaration de marchandises prohibées dans laquelle une ONG internationale œuvrant dans la protection de l’environnement figure parmi la partie civile. Six accusés, dont trois ressortissants étrangers, sont impliqués dans cette première affaire. L’autre dossier, dont le procès a également commencé hier, implique quant à lui trois personnes. Ces dernières sont soupçonnées notamment de traite d’êtres humains ainsi que de faux et usage de faux.

Les deux autres affaires qui ouvrent cette session du Pac seront quant à elles traitées ce jour. Il s’agit notamment d’un dossier lié à un acte terroriste et à une fabrication de bombe artisanale impliquant quatre individus. Le dernier procès qui marquera cette journée est une affaire de corruption, d’abus de fonction et durant lequel six accusés comparaitront.

57 dossiers

Pour le moment, aucune indication par rapport à la suite de cette session n’a encore été communiquée. Cette juridiction devrait toutefois traiter les 57 dossiers durant les sept dernières sessions prévues jusqu’à la fin de l’année. Parmi ces dossiers figurent notamment les affaires impliquant respectivement deux anciens proches collaborateurs de l’ancien président Hery Rajao­narimampianina, Mbola Rajaonah et Claudine Razai­mamonjy. A ceux-ci s’ajoutent des dossiers ayant entrainé l’incarcération du sénateur Berthin Andriami­haingo et du député Ha­simpirenena Rasolomam­pionona.

Au vu de la dernière session de la juridiction des 67 Ha qui a duré environ une semaine, cette deuxième série d’audiences pourrait également se prolonger, du moins jusqu’en fin de semaine. Considérés comme les dossiers brulants du mo­ment, certains feront sans doute partie des prochains dossiers que les magistrats du Pac traiteront cette semaine. Cela d’autant plus que l’affaire concernant no­tamment le député Hasim­pirenena Rasolomampiono­na devrait faire l’objet d’une décision au niveau de l’Assemblée nationale à la prochaine session parlementaire. En effet, à défaut de jugement, le cas de cet élu de Fandriana figure parmi les dossiers sur lesquels la Chambre basse ne peut pas donner son avis.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.