Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pérégrinations hebdomadaires

Un air nouveau sur une nouvelle aire

D’une surprise à l’autre le Jeudi 12 Septembre 2019 constitue un repère de l’amorce  d’un virage dans l’arène du combat politique. Le fantasme d’un troisième tour du duel Ravalomanana-Rajoelina qu’entretenaient des nostalgiques avides de revanche, a fondu comme neige au soleil et peut-être plus discrètement en larmes comme par magie. Mieux que le verdict des urnes lors de la présidentielle pour solder ce combat, il n’en existe pas, à descendre l’échelle d’influence caractéristique à chaque consultation populaire pour situer le combat on aurait fini par un pugilat au niveau d’un fokontany. Ravalomanana absent, Rajoelina président, le combat continue sur l’espace au visage libéré  de l’ombre du singulier duel. Naturellement de nouvelles figures apparaissent…Plus particulièrement en pareilles circonstances l’apparition de l’un des nouveaux acteurs tenant un premier rôle, a provoqué bien de réactions de surprise, là des émois emplis de satisfaction voire d’enthousiasme ici des réflexes de repli pour se mettre de si tôt sur la défensive. Avant le dénouement les deux camps, celui de la majorité en soutien du Président et l’autre de la minorité à la recherche d’une unité pour représenter légitimement l’opposition, ont adopté la même stratégie : «à qui cacherait mieux son jeu».

Le suspense d’un strip-poker

La fonction de président élevant Andry Rajoelina à être le raiamandreny de tous le place au-dessus de la mêlée, restait à Monsieur Marc Ravalomanana de se mesurer avec un adversaire anonyme dont la majorité lui réservait la surprise avec l’intention révélée de vraiment le surprendre. Y aller mais seulement avec la conviction de l’emporter, motivation à la fois condition de la candidature de l’ancien président. Le jeu se révélait inégal obligeant le camp de l’opposition à jouer sur deux tableaux, révélant à tour de rôle deux faces «Marc y va» et « Marc n’y va pas». Insuffisant pour provoquer une fébrilité dans le camp adverse, comme un boomerang la stratégie s’est révélée cousue de fil blanc, risquant une fois le fil tiré de défaire le tissu et de mettre à nu celui qui s’en était habillé.

Tout dépendait pourtant de l’identité du candidat adverse : de la taille à être écrasé par l’ex ou l’inverse ? On ne sait sur quoi à reposer la décision finale de sagesse : «s’abstenir plutôt qu’à s’aventurer dans une bataille alors que l’on n’a pas la mesure de la force de l’adversaire». On ne sait s’il s’en est félicité ou non après coup d’avoir eu le nez creux.
Pour une surprise ça en était une que d’apprendre la candidature de Naina Andriantsitohaina, même au sein de son propre camp. Certes l’homme n’est pas un inconnu aux yeux du public, acteur influent du monde des affaires, leader remuant de divers groupements patronaux, pas toujours accommodant dans les relations avec le pouvoir, actuel ministre des affaires étrangères, l’opinion ne l’attendait pas à s’investir dans la politique jusqu’à se prêter à être le sujet d’une consultation populaire. Sans doute que l’homme incarne à merveille la personnalité avec laquelle l’ancien président désirait ne pas se mesurer.
Naina Andriantsitohaina a de ce fait pris une longueur d’avance et une option non négligeable pour le classement à l’arrivée. Sans chercher à faire injure à son principal concurrent, l’ombre de Ravalomanana plane tellement que l’on en vient à ne même pas en retenir le nom, pour le désigner les gens parlent du remplaçant de Ravalo comme si son identité ne pouvait rien apporter de plus. Pour un trip-poker ça a déshabillé : dévêtir du nom le challenger et le camper dans un costume de sparring-partner.
À croire presque que le retrait de Monsieur Ravalomanana à la dernière minute frustre d’une victoire en conclusion d’un rude combat, quelques rares ultras soutiens du tout frais favori. Sans cacher leur dépit certains se sont lâchés prématurément à conclure avec amertume «à vaincre sans péril on triomphe sans gloire». De quel optimisme que l’on se nourrisse la sagesse enseigne de ne jamais vendre la peau de l’ours… C’est vite oublier aussi que la personnalité de Naina Andriantsitohaina à l’inverse de se satisfaire de cette circonstance favorisant une facilitation de la conquête de la Mairie, peut le conduire non seulement à relever le défi mais à en élever l’objet. Une conquête ? Oui ! Mais avec panache. Chiche !

Double enjeu : relever le défi, rehausser le challenge

Une compétition laisse toujours place aux surprises, si en ce qui concerne les élections l’enjeu consiste à convaincre l’électorat et que les arguments en constituent les armes, s’agissant de mener de vraies batailles les coups tordus peuvent surgir à tout moment. On aurait tort de baisser tôt la garde et de perdre de son allant avant que ne sonne le glas annonçant l’arrêt des hostilités. Il est vrai que la victoire de Naina Andriantsitohaina s’annonce à portée de main. Qu’à cela ne tienne, sans que cela ne dispense de développer la campagne comme prévue façon attaquer avec ardeur nécessaire une citadelle réputée imprenable. Ce n’est pas en ressentant une résistance plus faible que l’on ne l’a estimée qu’il faut se relâcher. En prime si on s’en sent la vaillance il faut étendre le combat en s’attaquant à un autre adversaire. Il est là tout proche encerclant les consultations populaires : l’abstention. De coutume elle gangrène particulièrement la participation aux élections municipales et communales. Peut-on ici faire mentir les habitudes ?
Ce n’est pas un rêve de croire que l’accueil que l’opinion a réservée à la candidature de Naina Andriantsitohaina dote cette personnalité nouvelle d’une popularité particulière , personnalité qui à son tour ajoutée au charisme de l’homme l’habille d’une influence juste efficace à sensibiliser la population d’envahir en masse les bureaux électoraux le 27 Novembre 2019
Deux mots d’ordre pour ses sympathisants :

– ne pas se démobiliser pour continuer le combat à la conquète de la Mairie d’Antananarivo.

– mobiliser les électeurs pour exprimer en nombre et saluer de cette manière la renaissance  de l’espoir.


Léo Raz    
      

 

 

Les commentaires sont fermées.