Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Escroquerie de haut vol : un faux prêtre et ses complices extorquent 250 sacs de riz

Escroquerie de haut vol : un faux prêtre et ses complices extorquent 250 sacs de riz

Un faux prêtre et ses complices, ont été arrêtés pour  usurpation de titre et de fonction afin d’obtenir illicitement 250 sacs de riz, d’une valeur de 20 millions d’ariary. Les fausses religieuses qui l’accompagnaient courent toujours.

L’habit ne fait pas le moi­ne. Le 17 août, le propriétaire d’un magasin de gros a déposé plainte auprès de la Sûreté urbaine de Tanà (Sut) du commissariat central d’Antananarivo, suite à une arnaque de haut vol dont il a été victime. Trois personnes qui se sont fait passer pour un prêtre et des religieuses, lui ont extorqué 250 sacs de riz sans avoir payé. Une enquête a été ouverte. Au bout de quelques semaines de re­cherche, le soi-disant hom­me d’église a été arrêté à Ana­la­kely le 12 septembre. Pendant son audition, il a dénoncé ses complices, les receleurs du riz volé. Les trois suspects ont été placés en garde à vue.

La 16 août, le faux prêtre et les deux femmes déguisées en religieuses, ont accosté le grossiste pour négocier l’achat de 250 sacs de riz destinés, selon leurs dires, à ravitailler les pèlerins qui arriveront dans la capitale lors de la visite du Pape. Les 250 sacs de riz ont été ambarqués à bord d’un camion convoyés par les religieuses. Entre-temps, le prêtre s’est « chargé de régler » la facture. Ensemble, le prêtre et le grossiste se sont rendus dans une maison sise à Faravohitra où a été censée se trouver le supérieur du prétendu prêtre. Celui-ci a fait semblant de s’introduire dans une demeure avant de laisser en plan sa victime devant le portail. En fait, l’escroc s’est volatilisé. Le commerçant a vainement tenté de le rechercher. Face à cette arnaque qui lui a causé une perte considérable, la victime s’est tournée vers la police. Les recherches engagées a permis de mettre la main sur l’escroc.

Les formes d’escroquerie se multiplient actuellement, mê­me dans le domaine religieux. Sur ce point, une source au niveau de l’église catholique a souligné que tout prêtre doit se munir d’une carte comportant le terme la­ti­ne « celebrate ». Celle-ci a la même valeur qu’une carte nationale d’identité. En ce qui concerne les habits, un prêtre peut se vêtir d’une soutane avec un col romain dans le  quotidien. Mais c’est dans la grand-messe qu’il met le sazzuble, l’aube et l’étole. Pour les religieuses en général, elles mettent des voiles et portent une croix ou une médaille autour du cou avec une robe ou costume selon la congrégation à laquelle elles appartiennent. Toutefois, il y a des religieuses qui ne mettent pas de voile, comme la servante de la Pommeraye. Ceci étant, il faut être prudent car l’apparence est souvent trompeuse.

 

Felana Michelle

 

Les commentaires sont fermées.