Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Les usines frigorifiques ou de conserves à Madagascar (1)

 

Nous souffrons tous, colons, fonctionnaires, habitants de Madagascar en général, d’une situation anormale qu’il est de l’intérêt général de signaler à notre administration.

Depuis quelques années, avec l’autorisation par trop facilement accordée par nos dirigeants, il s’est installé en nombreux points de laGrande Île des usines frigorifiques et des usines de conserves de viande en général.

Les diverses firmes qui se sont ainsi implantées dans l’île ne se sont jusqu’à ce jour souciées que de l’intérêt de leurs actionnaires, puisant sans mesure dans le cheptel bovin et accaparant porcs, dindes, oies, canards et poulets, à notre plus grand préjudice.

Il est résulté de cette façon de faire une hausse énorme sur tous ces produits, accaparés ainsi que je l’ai dit par des usines qui presque toutes ont misla charrue avant les bœufs ; je dis presque toutes car j’en excepte Boanamary.

En effet, seule Boanamary s’est préoccupée de constituer un cheptel et de faire de l’élevage en grand, mais les autres (et particulièrement la Rochefortaise qui, paraît-il, est en instance pour l’installation d’une autre usine à Tananarive) se sont bornées exclusivement à acheter au jour le jour. Cela est vraiment pas trop facile, mais il me semble qu’il paraît sage pour la Colonie de suivre les errements qui nous ont étéenseignés par la métropole et de nous défendre contre l’épuisement de nos ressources qui est inquiétant, ainsi qu’elle s’est défendue contre nos tabacs qui étaient cependant bien peu menaçants pour les producteurs de France et de l’Algérie.

La Rochefortaise, qui exploite déjà une usine à Diégo, qui fait tache d’huile à Tamatave, l’usine frigorifique pour les bœufs s’occupant maintenant de porcs et de volailles, faisant en outre de la conserve et allant jusqu’à faire vendre au marché des boudins, des cervelles, des andouilles et certains abats telle que le Chinois du coin, veutencore installer une usine à Tananarive.

(À suivre.)

L.B.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique