Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Groupement professionnel Fom : la formalisation des petites entreprises mise en avant

Groupement professionnel Fom : la formalisation des petites entreprises mise en avant

Le groupement professionnel « Fikambananan’ny orinasa malagasy » (Fom), constitué majoritairement de Très petites entreprises (TPE), priorise la lutte contre l’informel dans son plan d’action.

La majorité des Très petites entreprises (TPE) à Madagascar, restent  dans le cadre informel à cause de nombreux obstacles qui les empêchent d’intégrer le secteur formel. Le jeune groupement professionnel « Fikambanan’ny orinasa malagasy » (FOM) créé il y a un an, focalise ses activités dans l’accompagnement de cette branche d’entreprises à se formaliser.

«  Le Fom regroupe  une centaine d’entreprises, dont 90% sont des TPE. De nombreuses entreprises souhaitent intégrer le groupement actuellement. C’est pourquoi, nous allons effectuer une descente sur terrain pour rencontrer directement ces TPE. Cela débutera la semaine prochaine dans la commune rurale de Mahitsy », a lancé hier Fiona Tsiranana, présidente du Fom, à l’occasion d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères, Naina Andriantsitohaina, à son bureau à Anosy.

Les avantages d’intégrer le cadre formel

En effet, on parle souvent des difficultés rencontrées par les entreprises lorsqu’elles souhaitent intégrer le cadre formel. Néanmoins, le secrétaire général du groupement, José Rasatari­manana, a pour sa part, avancé qu’une TPE a intérêt à se formaliser. « Pour pouvoir bénéficier de partenariat, de financement, de formation, d’information ou de plus de marché, une entreprise doit se formaliser avant tout », a-t-il indiqué. Quoique, selon lui, « Le principal problème des TPE à intégrer le secteur formel, porte sur la fiscalité ». L’opérateur a ainsi encouragé « L’allègement fiscal pour les deux premières années d’activités des entreprises. D’autant que les TPE ont un très faible moyen financier au début du lancement de leur projet ».

Le Fom est en contact avec une dizaine de TPE informelles qui souhaitent formaliser leurs activités. « Nous sommes actuellement sur le point de réaliser une étude au cas par cas de ces entreprises. Certaines ont besoin de financement, d’autres, de formation ou d’appui administratif, ou encore d’un accompagnement pour le montage de leur projet », a poursuivi José Rasatarimanana.

Du reste, Fiona Tsiranana n’a pas manqué de remercier  le ministre des Affaires étrangères pour « son écoute particulière envers les groupements professionnels ».

Riana R.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique