Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Bis Mercredi ! École buissonnière  

 

Première épreuve post visite papale

Quelle que soit la tentation à demeurer dans l’ambiance d’une réussite pour avoir accueilli avec dignité le Pape lors de sa visite, il ne fait pas bon de s’éterniser à se congratuler pour se voter mutuellement des suffrages de satisfaction. À l’inverse il ne serait pas inutile de procéder périodiquement à des évaluations pour mesurer la fidélité à l’aune de ce que l’on a retenu des échanges qu’il a partagés avec la population et les dirigeants du pays. Il n’y a pas à attendre que déjà pointe la première épreuve qu’ensemble le peuple aura à subir, histoire de faire la démonstration de sagesse et de lucidité à exercer un devoir de citoyen dans un esprit responsable : voter et élire avec le souci de choisir le meilleur pour servir l’intérêt général.

Demain l’on connaîtra les candidats aux fonctions de maire et à celles de conseillers dans toutes les communes du pays. Chic ! Des sentiers d’idées à folâtrer. Chiche ! Laisser l’imagination vagabonder pour rêver de l’idéal.
Que ne voilà-t-elle déjà s’arrêter sur le sort d’Antananarivo, sans n’avoir prévu se heurter de si tôt aux turbulences qui plombent l’atmosphère de cette cité. Contre imprévu faire escale et saisir à bras le corps le rêve.

Sans ostracisme mais avec un critère condition du choix

De prime abord point n’est besoin de rajouter aux conditions d’éligibilité que pose la loi, avoir l’âge requis défini, la nationalité malgache, la plénitude de jouissance des droits civiques, un domicile sur le territoire de la circonscription où l’on se présente, un titre attestant une régularisation de paiement des impôts et taxes. La loi omettant de faire référence à l’appartenance religieuse, politique ou ethnique, prohibe donc toute entreprise consistant à procéder à une quelconque discrimination à partir de l’une ou l’autre de ces considérations. Ce n’est que juste conforme à la morale. Ainsi on pécherait contre la loi et contre la morale à vouloir disqualifier un candidat en raison d’un critère ethnique, peu importe qu’il vienne du sud du nord du centre ou même qu’il ait des racines au-delà des océans, toutefois dans l’absolu un «zanak’Iarivo» marquerait un point à l’avance pour grimper sur l’échelle du choix. Pareille démarche se vérifie sous d’autres cieux, le maire de Londres possède des racines étrangères. Toutefois, outre l’esprit d’insulaire qui nous caractérise on aurait tendance à plaider une cause particulière, en plus des qualités requises pour exercer la fonction de maire, le prochain d’Antananarivo gagnerait à avoir une nostalgie et ainsi à entretenir l’image d’Antananarivo dont la population d’antan s’est fait fierté la réputation d’une belle et agréable cité où il faisait bon vivre.

Nostalgie et envie de modernité conjuguent de nouvelles exigences
Marier coquetterie de la nostalgie à l’obligation de donner à la ville le dynamisme de la modernité avec en surcharge la nécessité d’opérer la transformation en considération d’une croissance démographique galopante sur laquelle on a fait l’impasse jusqu’à présent, requiert un savoir faire élevé au niveau d’un art, une détermination reposant sur un fort courage. Si ça ne s’apparente pas à une gageure, pour le moins la fonction ne garantit pas une sinécure. Sans vouloir décourager les bonnes volontés, on ne peut ignorer l’évolution de la population qui se voudrait plus exigeante qu’auparavant et ayant encore frais en tête les échanges qu’ils ont partagés avec le Pape nombreux se promettent d’être à l’écoute et aux aguets avant d’opérer leur choix.

À l’amorce d’une nouvelle destinée
Dans l’absolu la sagesse de tous temps en tous lieux fait un devoir aux plus favorisés par le sort d’apporter soutien aux plus faibles. Ne sont pas rares pourtant les reproches adressés à l’intelligentsia antananarivienne en particulier et à la bourgeoisie merina en général de s’être mises en retrait des affaires publiques, non histoire de s’en désintéresser, mais à cause d’une retenue à accepter de mouiller la chemise par le fait de s’investir pour assumer des charges politiques. Face au triste constat d’une stagnation du pays comme de la déliquescence d’Antananarivo piégés dans le maelstrom de médiocrité pour ne pas le dire de manière plus cruelle, il est temps que les hommes d’envergure «zanak’Iarivo» prennent eux aussi leur responsabilité et descendent dans l’arène pour payer de leurs efforts le sauvetage d’un pays qui de Charybde en Scylla n’a de cesse de se fracasser au choc de tous les écueils. Une personnalité au caractère trempé, vierge de tout soupçon de combines, au parfum des us, possédant compétence avérée, dotée d’une poigne de fer enveloppée de gants de velours, sans peur de mettre la main à la pâte, le profil du maire dont on peut rêver librement à la faveur du vagabondage du mercredi. Rien n’interdit de rêver que le rêve se concrétise réalité, encore mieux que demain sonnera l’heure de vérité.


Léo Raz   

  

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique