Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Iavoloha -Soamandrakizay- Akamasoa: les messages forts du Pape François

Iavoloha -Soamandrakizay- Akamasoa: les messages forts du Pape François

Le Souverain Pontife s’est adressé à la communauté dirigeante et à la société civile, samedi dernier, à Iavoloha. Comme attendu, il a mis un accent sur les principaux maux qui rongent le pays, notamment la corruption, la dégradation de l’environnement ainsi que la pauvreté.

«Les fonctions et la responsabilité politique constituent un défi permanent pour ceux qui ont la mission de servir et de protéger leur concitoyen, en particulier les plus fragiles et de favoriser les conditions d’un développement digne (…)». C’est dans ces termes que le Pape François s’est a­dres­sé aux responsables politiques, aux représentants du corps diplomatique et de la société civile.

Sans surprise, le numéro un de l’Eglise catholique ne s’est pas fait prier pour exhorter les responsables étatiques à promouvoir le développement humain et ce, en luttant notamment contre la corruption.

«Je vous encourage à lutter avec force et détermination contre toutes les formes endémiques de corruption et de spéculation qui augmentent la disparité sociale, à affronter les situations de grandes précarités et l’exclusion qui produisent toujours des conditions de pauvreté humaine», a-t-il déclaré, tout en plaidant pour une meilleure répartition des revenus.

Il faut reconnaitre qu’en matière de lutte contre la corruption, Madagascar a encore du chemin à faire. Selon le dernier chiffre de Trans­pa­rency International, la Grande île se trouve encore au 152e rang sur 180 pays. Toutefois, le régime entend inverser cette tendance et vise un score de 50 sur 100, à l’horizon 2024. Concrètement, le gouvernement doit mettre le paquet pour y arriver.

 Craintes environnementales

Evoquant, par ailleurs, ses appréhensions par rapport aux problèmes environnementaux, il a souligné également qu’on ne peut pas évoquer le développement intégral sans prêter attention à notre maison commune en dénonçant, entre autres, les feux de forêt, le braconnage ainsi que la coupe effrénée des bois précieux.

«Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale», a sou­­ligné le Souverain Pontife. «Il est vrai que pour la population concernée, la plupart de ses activités qui nuisent à l’environnement sont celles qui assurent provisoirement sa survie. Il est donc important de créer des emplois et des activités génératrices de revenus qui respectent l’environnement et aident les personnes à sortir de la pauvreté», a-t-il ajouté.

 Du reste, le pontife jésuite s’est également adressé aux représentants de la communauté internationale en reconnaissant que leur aide contribue au développement du pays, mais cela ne doit pas se faire au détriment de la culture locale. Il évoque, à ce titre, «une prétendue culturelle universelle qui méprise, enterre et supprime le patri­moine culturel de chaque peuple». Plus encore, il a aussi invité le peuple lui-même à se prendre en charge en devenant l’artisan de son propre destin.

 J.P

Le Président réitère ses engagements

Très attendue, la rencontre avec la famille présidentielle à Iavoloha a été suivie d’une série de discours devant les responsables étatiques et diplomatiques. Une occasion pour le chef de l’Etat de remercier le Souverain Pontife d’avoir choisi la Grande île tout en évoquant ses engagements envers le peuple malgache.

«Votre Sainteté, devant vous et cette assemblée, je confirme ma volonté et mon engagement à redresser et reconstruire Madagascar. Je veillerai sur les Malagasy. Je serai à l’écoute et aux côtés de mes concitoyens (…)», a, entre autres, déclaré le locataire d’Iavoloha durant son allocution. Et lui d’ajouter, «Je cultiverai la justice et l’équité, l’amour et l’espoir. Je ressens et j’ai vu la souffrance de mes concitoyens. Je les ai entendus, je les ai écoutés (…). Et devant vous, Saint-Père, avec humilité et déférence, je renouvelle ce serment».

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique