Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Pérégrinations hebdomadaires: entre voeux et espoirs

Médiatisation autour de la visite du Saint-père François et bourdonnement des chantiers en préparation de l’arrivée du célèbre hôte ont  créé une ambiance fébrile propre à sensibiliser la population quant à l’importance de l’événement . De leur côté des dizaines de milliers de fidèles se sont mobilisés pour participer aux cérémonies, des centaines de milliers d’autres personnes sans distinction de foi entre curiosité et ferveur ont programmé leur journée du vendredi pour épaissir de leur présence les foules le long du parcours prévu à être emprunté par le cortège, réservant ainsi une haie populaire afin d’exprimer la ferveur de toute la population à l’accueillir comme le mérite le messager qu’il est. Les populations voient le Pape François comme un pèlerin sillonnant le globe pour rappeler l’obligation à une élévation spirituelle et le devoir de respecter les vies ainsi qu’à la fois de préserver la planète, davantage qu’un prophète annonçant un monde meilleur. Et pourtant de cette conviction naissent tous les fantasmes dans l’attente d’une sorte de miracle à l’origine d’un changement entraînant de nouvelles conditions de vie.

Un lot de handicaps hypothéquant les chances de développement

Malgache on se révolte, furieux on éprouve l’envie de crier pour s’inscrire en faux lorsque sur la station de radio RFI hier encore un de ses correspondants sur place chargeait une paupérisation alarmante que subit la population de l’Île, d’être la raison principale et naturelle qui a conduit le Pape à vouloir exprimer par cette visite sa solidarité en faveur de cette population l’une des plus pauvres sur cette terre. Nos yeux se sont peut-être habitués à l’excès aux spectacles de la misère que nous ne nous émouvons plus des situations tragiques  devenues banales, au point d’avoir nos sens émoussés jusqu’à en perdre la vraie mesure du mal. En réponse à cette sollicitude du Pape nombreux au sein de la population formulent le vœu que cette visite ne soit pas vaine, certains par une communion dans une prière œcuménique, d’autres qui ne cultivent pas une foi mais qui sont présents dans la foule apportent soutien à cette personne qui trouve autorité à avoir le courage de crever des abcès auparavant des plaies du domaine des non-dits et des tabous.

Certes le Chef du Vatican surfe sur la dualité de son statut à la fois de chef d’état et de chef religieux, mais on ne peut que reconnaitre que parfois il franchit les barrières conventionnelles pour verser dans une ingérence du domaine temporel que ne justifie pas toujours son titre de père spirituel. Et pourtant c’est ce qui fait que les populations l’aiment.

Pax ! Les prédications qu’il entonne sur le sujet couvre tout une gamme de ton, allant de la plaidoirie, passant par la supplique, sans se garder ni de tancer les puissants ni de condamner les violences : comme si il disait parfois traduit en clair : «faites la paix chez vous et foutez donc la paix aux bonnes gens et particulièrement aux petites gens ». Entre discours du chef d’état et prêche du chef religieux le terme Pax revêt alors plusieurs sens.

PAX dans tous ses états

Le Pape François n’omet jamais de prendre conscience de son état d’humain, et qu’il s’adresse à son Dieu ou à ses prochains, il adopte une position d’humilité, celle du «priant». Prêchant au nom et à la fois en faveur de l’amour il quête la paix. Si à Dieu il demande la grâce, aux humains ses égaux il exhorte l’élévation d’en avoir le mérite. De la construction pour laquelle il sensibilise le genre humain à être le bâtisseur, l’amour constitue le socle, la paix en est la voûte. La paix dans les paroles du Pape François résonne alors de multiples sens : des conditions propres à permettre matériellement à tous de vivre dignement, un milieu où règne un ordre d’équité, un environnement entourant de sécurité la vie. En quelque sorte l’esquisse d’un projet de société, donc foncièrement politique, évitant le piège de l’amalgame François toutefois a soin de placer ses oraisons au-dessus du genre politicien. Aurait donc tort celle ou celui qui tenterait d’en tirer des condamnations ciblées ou des félicitations destinées à l’endroit de tel ou de tel autre acteur politicien.
Là où il passe, les populations faisant fi des clivages qui les parquent dans des catégories de type communautaire, s’unissent dans la même espérance que Dieu entende les prières qu’elles ont confessées en communion avec le pape, et éclaire les dirigeants à propos des paroles que le pape a adressées à toutes les personnes aussi conscientes que soucieuses de leur responsabilité. Ainsi soit-il !


Léo Raz  

      

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique