Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Embouteillages : recrudescence des taxi-motos

Embouteillages : recrudescence des taxi-motos

Depuis que les embouteillages règnent en maître dans la capitale et la périphérie, les taxi-motos en profitent. Les bouchons représentent un marché juteux pour eux. Du jour au lendemain, leur nombre augmente dont 90% sont des scooters. Et les usagers pressés ne s’en plaignent pas même si le tarif est nettement supérieur à celui des taxi-be. Au contraire « Time is money ».

« Partir de Fenoarivo à 6h pour arriver à Antanimena à 9h 30, c’est vraiment la galère. Grâce à ce moyen de transport, 45 minutes à peine suffisent pour faire le même trajet », a fait savoir un usager.

5.000 ariary la course

D’après quelques conducteurs de taxi-motos, le prix de la course tourne autour de 5.000 ariary, entre Anosy et Ankandimbahoaka. Pour les périphéries comme Itaosy, Tanjombato, Mahazo ou Ambohimanarina, il varie entre 10.000 et 15.000 ariary. Ils arrivent à effectuer trois à cinq courses dans la journée.

Les conducteurs proposent discrètement leur service durant les heures de pointe, dans les environs des arrêts des taxi-be comme à Anosy, aux 67 Ha et à Andravoahangy. Ils publient également leurs contacts sur les réseaux sociaux.

Si certains d’entre eux admettent que le métier n’est qu’une deuxième activité, la plupart au chômage avouent que la taxi-moto constitue une véritable opportunité. Ils souhaitent donc réglementer leur « gagne-pain ».

Cependant, cette situation n’est pas du goût de tout le monde, en particulier les taxis qui y voient une concurrence déloyale. D’après eux, les responsables devaient prendre des mesures surtout que les accidents de deux roues sont fréquents ces derniers temps.

Sera R.

Les commentaires sont fermées.