Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Communales dans la capitale : les grands partis entretiennent le suspens

Communales dans la capitale : les grands partis entretiennent le suspens

A l’instar du numéro un du Tim qui a botté en touche les questions sur les communales hier à l’Hôtel de ville d’Analakely, les autres formations politiques de premier plan prennent leur temps.

Candidat ou pas candidat. L’ancien chef de l’Etat, Marc Ravaloma­na­na, entretient le suspens concernant sa candidature ou non aux prochaines communales.

«Nous avons déjà pris une décision, mais on verra cela au moment opportun », a-t-il lancé face à la presse. En dépit de ses déclarations, il cache mal ses intentions. En fait, lors du congrès de sa formation politique, en juillet dernier, à Tanjombato, il avait d’ail­leurs déclaré, «J’ai bien entendu la demande des membres du parti qui veulent que je me porte candidat à la mairie d’Anta­na­na­rivo. Comme je l’ai déjà affirmé en Afrique du Sud, je suis prêt à tout si c’est pour l’intérêt de la nation».

Pendant ce temps, son équipe orchestre la communication sur les réseaux sociaux et les médias afin d’alimenter les rumeurs au­tour de sa candidature.

Manœuvre

Ces temps-ci, les proches du fondateur du parti Tim tentent effectivement de jouer sur cette carte afin de déstabiliser leur adversaire politique. Il semble toutefois que le bilan de l’actuel maire, Lalao Ravalomanana, ne plaide pas en faveur de son parti. Il suffit d’observer les désordres qui règnent dans la ville et les réactions des citoyens pour le constater. D’autant que ces derniers temps, la Commune passe plus de temps à batailler contre les marchands de rues que d’accomplir ses devoirs.

A cela s’ajoutent les résultats de la dernière présidentielle et des dernières législatives. Il apparait en effet que cette formation perd de plus en plus de terrain sur l’échiquier politique de la capitale.

Quoi qu’il en soit, tout comme le Tim, le parti présidentiel n’a pas encore dévoilé son candidat. Stratégie ou pas, la semaine prochaine sera crucial, d’autant qu’après la visite du Pape, la bataille politique reprendra sûrement de plus belle.

 

J.P

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique