Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Tricard à Madagascar: Houcine Arfa saisit justice en France

Tricard à Madagascar: Houcine Arfa saisit justice en France

Il s’est évadé de Madagascar le 28 décembre 2017. Mais près de deux ans plus tard, il ronge toujours une rancune pour ce qu’il dit avoir subi injustement sur la Grande Île. L’ancien commando français y aurait même fait un come-back incognito… Un reporter de Les Nouvelles a pu recueillir de lui quelques confidences.

Tout a commencé par deux photos arrivées entre nos mains. L’une représente un selfie d’Houcine Arfa devant les chutes de la Lily, du côté d’Ampefy, à 120 kilomètres à l’ouest d’ Antananarivo. L’autre image est la même, mais avec la date d’un album d’Iphone. 28 mars 2018. Soit trois mois après l’évasion spectaculaire de l’ancien responsable de la sécurité du Président Hery Rajao­narimampianina, le 28 décembre 2017. Il serait donc revenu sur la Grande Île…

Juste après son “départ” fracassant de Tsiafahy au cours d’un transfert médical, l’homme avait allumé un brasier médiatique en déclarant qu’il avait corrompu, notamment, la ministre de la Justice pour s’évader. Il était incarcéré depuis 6 mois pour “usurpation d’identité”, “tentative d’extorsion” et “association de malfaiteurs”. Il a toujours démenti ces accusations.

Nos deux photos venaient d’une source anonyme… Alors, nous avons cherché à contacter le principal intéressé pour confirmer. Après plusieurs semaines, sa voix grave et lente résonnait au bout du fil. “Oui, c’est vrai. Je suis bien revenu à Madagascar, en mars 2018, une petite semaine”, affirme-t-il.

La peau du visage -nette et sans marque- indique que la photo n’a pas été prise à sa sortie de Tsiafahy. Aurait-elle été prise bien avant son incarcération ? L’intéressé dément et en veut pour preuve la date. Mais ce paramètre peut éventuellement être modifié… Et il nous a été impossible de confirmer l’histoire par une source extérieure, probablement du fait de l’extrême -et logique- discrétion dont Houcine Arfa a dû faire preuve…

Mais plus important que la date de l’image, cet échange démontre une chose : Houcine Arfa n’a pas oublié Madagascar. Et il a encore moins oublié ceux qu’ils accusent d’avoir transformé sa vie en enfer pendant des mois.

Toujours calme, cohérent, et pas avare de détails (lorsqu’ils ne mettent en danger personne), Houcine ne se présente pas comme une Uma Thurman voulant à tout prix trucider son ancien parrain Bill et ses complices (dans le film de Tarantino, Kill Bill). «Plus fort que la vengeance, il y a la justice», déclare-t-il. En mars, je suis revenu à Madagascar pour ramener trois personnes devant la justice française : Mbola, Hervé, et Vonjy. Ils avaient tous les trois contribué à me faire jeter à Tsiafahy, où j’ai subi des tortures physiques et psychologiques !” Il fait référence à Vonjy Todisoa Randriamaromanana, businessman proche du précédent président, à Hervé Rabehatri­niony un des conseillers  et à Mbola Rajaonah, aujourd’hui incarcéré, qu’on ne présente plus…

Mais comment aurait-il fait pour rentrer à Madagascar en mars ? Selon ses dires, en avion. “Il y a peu de radars à Madagascar. Et de toute façon, il suffit de voler à basse altitude et tu peux atterrir n’importe où.” La suite du trajet se serait faite par la route. Mais aux portes de la capitale, il aurait fait demi-tour. “J’ai renoncé parce qu’on m’a appelé pour me demander de renoncer,” explique-t-il sans vouloir préciser l’identité de l’appelant.

Boxeur et formé par les forces spéciales françaises, il était arrivé à Madagascar en 2015 pour protéger le Président Hery et former un corps d’élite. «Le Président et moi on était très proches, collés», se souvient-il. «Ceux qui m’ont visé ne supportaient pas ça. Et je refusais aussi de rentrer dans leurs trafics.»

Aujourd’hui, il vit à Paris. En France, il est toujours visé par une plainte pour évasion, mais il reste libre de ses mouvements. «J’attends ce que va dire le procureur à Paris. Ca devrait se régler bientôt», assure-t-il. Il a aussi déposé plainte à Madagascar contre l’ancien Président Hery Rajaonarimampia­nina. Une plainte qui «va sortir bientôt». Une nouvelle allumette médiatique.

 

Jao Tsitindry

Les commentaires sont fermées.