Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

Madagascar sans monnaie

Il y avait dans la Grande Île2 millions de pièces laurées en circulation, et tout le monde s’accommodait fort bien de ces monnaies impériales.

Un décret vint, qui les démonétisa. Les pièces furent retirées ; le bon sens eût voulu qu’elles fussent remplacées par une égale quantité de pièces frappées à l’effigie orthodoxe. Naturellement rien de semblable ne fut fait et Madagascar subit une crise de monnaie divisionnaire. C’est une crise moins grave que celle du fret. Il n’en est pas moins vrai qu’elle est gênante pour les transactions courantes, aussi les colons nous demandent s’il ne serait pas possible de leur envoyer quelques colis postaux de pièces de nickel.

Une pareille expédition serait quelque peu risquée. Depuis des mois, le colis postal a une fâcheuse tendance à prolonger outre mesure son séjour sur les quais d’embarquement. Il arrive, même s’il ne renferme que les denrées les moins enviables, que le colis disparaisse. Que pourrait-il bien advenir d’un colis de pièces de nickel ?

La Grande Île est dans le marasme

De la Démocratie Nouvelle :

En ce moment, la main-d’œuvre indigène fait complètement défaut. Depuis l’armistice, il n’y a plus de bateaux. Les quelques rares paquebots qui arrivent mettent de trente-cinq à cinquante jours pour faire la traversée, au lieu de vingt. Quatre sont arrivés chargés de troupes et lestés de sable, alors qu’on manque de tout.

L’Orénoque a dû laisser à quai, à Marseille, des colons, des fonctionnaires, des soldats démobilisés qui avaient retenu leurs places depuis le point de départ. Résultat : indemnités à payer, traitements doubles, etc., etc.

Les colis postaux n’arrivent plus ; le manque de remèdes a causé, pendant l’épidémie de grippe, de nombreux décès. Et, pendant que les commerçants français sont dans le marasme, Chinois et Indiens s’approvisionnent par la voie anglaise de produits anglais, indiens ou japonais.

Matériel sanitaire pour Madagascar

Le département de la guerre a cédé à Madagascar pour environ 500 000 francs le matériel sanitaire désaffecté.

On compte que ce matériel arrivera dans la Grande Île avant la fin de l’année, en même temps que les machines agricoles commandées en France par le gouvernement général.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique