Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Corruption, blanchiment d’argent : une série de procès à l’horizon 

Corruption, blanchiment d’argent : une série de procès à l’horizon 

 

La Cour pénale au sein du  Pôle anticorruption (Pac) est en session depuis hier. Plus de 70 dossiers seront à traiter jusqu’à la fin de l’année. 

Des va-et-vient des gros bonnets sont at­tendus au siège du Pôle anticorruption aux 67 Ha, dans les jours à venir. En effet, cette instance a entamé hier, une semaine marathon pour examiner des dossiers liés à des faits de corruption ainsi que des infractions économiques et financières, qui se trouvent entre les mains des juges.

Selon un membre de cette instance, au micro d’une station télévisée de la capitale, pour cette première session, 13 dossiers sont traités et 38 suspects seront jugés, tandis que pour les autres sessions à venir, qui dureront jusqu’en décembre, plus de 70 dossiers seront à instruire.

En somme, il s’agit d’affaires ayant trait au blanchiment d’argent, aux faux et usage de faux, aux corruptions ou encore aux abus de pouvoir et favoritisme. Et pour ce faire, le Pac entend travailler dans la transparence en sélectionnant minutieusement les magistrats qui vont examiner chaque affaire.

Attention particulière

Tout comme celle du Bureau indépendant anticorruption (Bianco), une convocation du Pac fait trembler des personnalités impliquées dans des affaires louches. Après les investigations du bureau d’Ambo­hibao, les dossiers sont en effet transmis au niveau du Pac pour instructions.

Cette juridiction est, par la suite, chargée de la poursuite, de l’instruction et du jugement des infractions de corruption et assimilées ainsi que de blanchiment de capitaux. L’article 19 de la loi 2016-021 dispose d’ailleurs que « Les Pac sont chargés de la poursuite, de l’instruction et du jugement des infractions économiques et financières prévues à l’article suivant de la présente loi (…) »

Ces temps-ci d’ailleurs, plusieurs hautes personnalités font l’objet d’une attention particulière de la part de l’opinion. C’est le cas notamment des deux anciens proches conseillers de l’ancien président Hery Rajaonari­mampianina, à savoir Mbola Rajaonah et Claudine Razai­mamonjy.

Ces deux personnalités sont d’ailleurs loin de sortir de l’auberge, contrairement aux anciens ministres, dont certains sont cités dans diverses affaires de corruption notamment dans le cadre de la vente de la Villa Elisabeth.

 

Rakoto

 

Les commentaires sont fermées.