Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Madagascar il y a 100 ans

La personnalité civile accordée aux Chambres consulaires de Madagascar

 

Un récentdécret accorde la personnalité civile aux Chambres de commerce, de l’industrie et de l’agriculture de Madagascar.

Comme conséquence, ces assemblées auront voixconsultative dans les décisions du gouvernement. Elles auront qualité pour fonder ou administrer des établissements à usages commerciaux tels que bourses, magasinsgénéraux, laboratoires, fermes modèles, etc. De plus, elles auront un budget propre et pourront être autorisées à contracter des emprunts.

Le décret qui accorde la personnalité civile aux Chambres de commerce de Madagascar a été motivé par le développementéconomique, de jour en jour plus considérable, de la Grande Île.

Malgré la guerre, le commerce total de la colonie, qui n’était en 1902 que de 55 millions de francs, s’est élevé en 1916 à 187 millions et en 1917 à 223 millions.

Cet accroissement continu en dépit de l’insuffisance des transports maritimes est le meilleurcritérium du développement rapide de toutes les branches économiques de notre colonie. Aussi ne pouvait-on que trouver légitimesles aspirations des colons français qui désiraient voir accorder la personnalité civile à quelques-unes de leurs Chambres consultatives.

Les nouvelles organisations, avec une autonomie et des ressources propres, des attributions plus étendues, ne pourront qu’accentuer la collaboration précieuse des colons avec l’administration pour le plus grand bien de l’intérêtgénéral.

La nouvelle organisation prévoit que deux membres indigènes feront partie de ces assemblées.

La rue du Papin

On a dû l’oublier, car il a l’air d’y avoir longtemps qu’on n’y a pas touché. Aussi a-t-elle pris un curieux aspect. Une partie des cailloux s’est détachée, ce qui faitla joie des gamins qui ontde quoi exercer leurs talents balistiques. Une autre partie adhère encore, ce qui fait horriblement cahoter les véhicules qui ont le malheur de s’y aventurer. Songez donc, il y a quatorze ans qu’elle n’a senti le rouleau compresseur, et la ruelle tient toujours bon. Pourtant ce n’est pas un record, car les routes romaines qui existent encore datent de plus de 1800 ans.

Attendrons-nous aussi longtemps pour voir la rue du Papin réparée ?

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Les commentaires sont fermées.