Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Loi sur l’opposition : course contre la montre à Tsimbazaza

Loi sur l’opposition : course contre la montre à Tsimbazaza

Les parlementaires auront jusqu’à vendredi pour adopter les amendements de la Loi sur l’opposition. Même si l’ordre du jour de la Chambre basse a été ajusté à ce timing, le Sénat risque de prolonger les débats en vue d’une autre session extraordinaire.

Le compte à rebours a déjà commencé pour les députés qui devront adopter la proposition de loi sur l’opposition, durant cette première session extraordinaire. D’après l’ordre du jour, les parlementaires n’au­ront pas de temps à perdre, en raison de l’urgence qui s’impose par rapport à l’application de ce texte.

Le processus sera déclenché une fois que la commission juridique de la Chamb­re basse annoncera son avis sur le sujet demain, dans la matinée. Une heure après, les députés débuteront les travaux des commissions. Après une courte pause, la séance reprendra jusque tard dans la soirée, car l’ordre du jour prévoit même des travaux de nuit. Le même emploi du temps sera repris mercredi, mais cette fois-ci en séance plénière durant laquelle un débat de fond sera probablement prévu.

Publié sur le site web de la Chambre basse, ce programme n’apporte toutefois pas assez de précision, mais apparemment, les députés envisageraient une première adoption du texte, dès le lendemain. Comme l’exige la navette parlementaire, les travaux de commission et l’adoption en séance plénière de cette proposition de loi devront reprendre dans le cadre d’une seconde lecture, c’est-à-dire les 22 et 23 août. La cérémonie de clôture de cette première session extraordinaire est également prévue pour vendredi.

Boycott !

L’adoption de ce texte en une seule session dépendra toutefois du Sénat qui pourrait rejeter les amendements de la Chambre basse. Si c’est le cas, la deuxième lecture prévue à Tsimbazaza risque de ne pas suffire pour adopter cette proposition de loi.

D’ailleurs, ce calendrier ne tiendra que si l’ordre du jour de la Chambre haute est ajusté avec celui de l’autre Chambre. Anosikely prévoirait effectivement de prolonger la session en projetant de consulter les partis politiques au cours de cette semaine. Dans ce sens, il faudrait s’attendre à une autre session extraordinaire.

Ce qui est sur c’est que des débats houleux n’auront pas lieu à l’Assemblée nationale. Contrairement à ce qui a été véhiculé, les députés du parti Tiako i Madaga­sika­ra (Tim) iraient même jusqu’à boycotter l’adoption.

Jointe au téléphone hier, la Secrétaire générale du parti, Olga Ramalason, a réitéré que le parti n’exige rien d’autre que la mise en vigueur du décret d’application de l’ancien texte. Au Sénat par contre, les sénateurs du parti HVM, devenus récemment alliés du Tim, s’apprêteraient, selon une information, à bloquer toutes initiatives de la majorité à la Chambre bas­se.

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.