Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Marché interbancaire de devises (Mid) : Légère appréciation de l’euro face à l’ariary

Marché interbancaire de devises (Mid) : Légère appréciation de l’euro face à l’ariary

L’euro se vend autour de la barre des 4.100 ariary sur le Marché interbancaire de devises (Mid) et ce depuis le début de ce mois d’août. Le dollar suit aussi cette tendance à la hausse. Il s’agit en tout cas d’une fluctuation à court terme dans la mesure où les taux de change journaliers sur le Mid évoluent en fonction de la confrontation entre les offres et les demandes.

En date d’hier, l’euro valait 4.100,62 ariary et le dollar 3.669,85 ariary contre 100 ariary de moins il y a trois se­maines de cela. Depuis le dé­but de ce mois, les cours de ces deux principales devises étrangères affichent une tendance à la hausse. Pour les économistes, il s’agit d’une situation conjoncturelle.

Vololonirina Rakotobe, mem­­bre du Cercle de réflexion des économistes de Mada­gas­car (Crem), justifie cette légère dépréciation de l’ariary tout d’abord par « un amoindrissement des exportations ». Les produits de rentes pourvoyeurs de devises comme la vanille, dont la campagne de commercialisation vient juste de démarrer, sont particulièrement concernés.

Par ailleurs, la baisse des prix des carburants vers mi-juin pourrait également être à l’origine de cette dépréciation de la monnaie malgache. « Les prix ont baissé alors que la con­sommation a augmenté, ce qui entrainerait une augmentation de l’importation », a-t-elle expliqué. Le fait est que presque la moitié de nos devises sert aujourd’hui à acheter des produits pétroliers. En effet, les cours actuels sont le résultat de la conjoncture économique d’il y a deux ou trois semaines.

Régime de change flexible

Madagascar a instauré depuis 1994 un régime de change flexible ou flottant avec le Mid. Et, avec un régime de flottement pur, la confrontation de l’offre et de la demande sur le marché des changes détermine d’une manière quasi exclusive les taux de change.

Selon les explications fournies par les techniciens de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM), cette institution intervient sur le Mid tout d’abord lorsqu’il y a un déséquilibre pouvant en­trainer une dépréciation ou une appréciation trop brusque de l’ariary.

Ces situations signifient imprévisibilité, ce qui est fort nuisible pour l’économie. L’in­tervention de la BFM consiste alors à lisser les fluctuations à très court terme du taux de change, sans toutefois s’opposer à une tendance à moyen terme dicté par les fondamentaux macroéconomiques.

En cas de besoin, la BFM agit aussi en reconstituant ou en accumulant les réserves de change pour assurer la capacité de réponse aux futurs besoins de devises et afin de respecter les critères de convergence régionale.

 

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.