Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Malnutrition : baisse du taux de prévalence en 2018

Malnutrition : baisse du taux de prévalence en 2018

D’après une enquête menée en 2018, la malnutrition, aussi bien chronique qu’aiguë, a connu une baisse, de source auprès de l’Office national de nutrition (ONN), en marge de la première Assemblée générale (AG) de l’Alliance nationale pour la fortification alimentaire (Anfa) hier, à l’hôtel Panorama Andrainarivo.

De 47,3% en 2012, le taux national de la malnutrition chronique est descendu à 42% en 2018 (5 points). Il en est de même pour la malnutrition aiguë dont le taux national de 8% a baissé de 6%.

« Cette année, la situation s’améliore également dans le Grand sud qui est toujours en proie à l’insécurité alimentaire cyclique et la malnutrition aiguë », a indiqué la coordinatrice de l’ONN, le docteur Lucie Solofonirina. Cette dernière de préciser toutefois que des nouvelles régions restent en situation critique, telles Vatovavy Fitovinany, Menabe et Betsiboka.

« Ensemble, nous devons encore multiplier nos actions pour l’atteinte de l’objectif du Pnan phase III (2017-2021) », a-t-elle lancé. Celui d’améliorer l’état nutritionnel de la population malgache en réduisant le taux de la malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans à 38% ainsi que de maintenir le taux de malnutrition aiguë inférieur à 5%.

Fortification alimentaire

Dans le cadre de la mise en œuvre du Pnan III et de la redynamisation de la fortification alimentaire, l’Anfa a réalisé sa première AG. La validation des feuilles de route des commissions techniques, communication, normes et règlementation, ainsi que celles de la commission suivi et évaluation, est attendue à l’issue de cette première réunion, suivie d’une présentation officielle de la norme de la farine infantile en tant qu’aliment complémentaire.

Cela grâce au soutien technique du Bureau des normes de Madagascar et à l’appui financier de l’Union européenne via le Projet de fortification alimentaire (PFOA) qui est mis en œuvre par l’ONG Groupe de recherche et d’échanges technologiques (Gret).

Sera R.

Les commentaires sont fermées.