Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Exécution de deux supposés dahalo : des versions contradictoires

Exécution de deux supposés dahalo : des versions contradictoires

L’exécution sommaire  de deux supposés dahalo par des policiers, à Ambohimahasoa, continue de défrayer la chronique.

Tout récemment, un re­présentant de la famille des deux personnes abattues par les policiers à Anka­fina Tsarafidy la semaine dernière, a apporté des explications sur la circonstance dans laquelle ses proches ont été éliminées.

« Est-ce logique et légal que les forces de l’ordre viennent s’introduire dans la maison de quelqu’un sans mandat de perquisition ni d’arrêt ? N’ayant pas trouvé ce qu’elles cherchent, elles menottent les occupants et les embarquent pour ensuite les tuer sur la base de simples soupçons », a-t-il déploré.

« L’élimination de Marcel et son fils, s’est déroulée à moins de 100 m de leur maison. Les nouvelles qu’on a entendues à la télé disaient que la police a dû les tuer parce qu’ils ont pris la fuite. Pourtant, nous sommes convaincus que c’était une scène de mise à mort qui s’est produite ce jour-là en observant les impacts de balles sur le muret et les traces de sang. On les aurait fait agenouiller. Nous ne sommes pas des experts, mais pouvons le prouver également  à travers les impacts des balles sur leurs corps », a-t-il poursuivi. La famille compte faire une déposition.

Réplique de la police

 Du côté de la police, elle a indiqué que les suspects étaient des dahalo qui sévissent à Isandra, Tsarafidy, Mo­rafeno, Mampitàna et Ala­ka­misin’Ambohimaha et que des villageois ont déjà porté plainte contre eux.

La police de poursuivre qu’elle s’est rendue sur les lieux avec un ordre de perquisition en bonne et due forme. Elle a indiqué avoir confisqué légalement les 10 zébus de la maison parce que les supposés propriétaires ne disposaient pas de fiches individuelles de bovin.

IGPN interpellée

Quoi qu’il en soit, le ministère de la Sécurité publique a pris des mesures en envoyant des enquêteurs de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour mettre la lumière sur l’affaire.

L’objectif est de savoir s’il s’agit d’une exécution sommaire comme la famille des défunts et certains villageois le soutiennent ou si les policiers d’Ambohimahasoa ont fait les choses comme il fallait.

ATs.

 

Les commentaires sont fermées.