Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Calendrier des communales : la Ceni attend la saisine de l’Exécutif

Calendrier des communales : la Ceni attend la saisine de l’Exécutif

La Ceni ne s’est pas encore prononcée sur la suite à donner au calendrier des communales. La nouvelle date attend la saisine du Gouvernement, selon la commission.

Après que la date du  28 octobre n’est pas main­tenu, la Com­mis­sion électorale nationale indépendante (Ceni) n’a proposé aucun nouveau calendrier. Jusqu’à hier, cette commission attendait encore  la nouvelle saisine du Gouver­nement.

« Ce n’est qu’une fois saisis par le Gouvernement, que les membres du bureau permanent de la Ceni se réunissent pour avancer une nouvelle échéance. Nous ne pouvons pas ainsi nous prononcer sur le sujet, tant que le Gouvernement n’a pas encore signifié une nouvelle décision», a indiqué le deu­xième vice-président de la Ceni, Philibert Hervé Ran­dri­amanantsoa.

Même si le ministre de l’Intérieur a déclaré que le report des scrutins pour l’année prochaine est possible, aucune décision officielle allant dans ce sens n’a été encore prise au niveau du Gou­vernement. Ce dernier étudierait pour le moment les détails de la préparation de ces élections. Aussi, une concertation par rapport aux cadres légaux et aux préparatifs de ces scrutins, pourrait encore avoir lieu, comme l’a indiqué mardi le chef de l’Etat.

Contraintes techniques

« Les communales figurent parmi les élections les plus difficiles à organiser », a poursuivi Philibert Hervé An­dri­a­ma­nantsoa. Les élections des maires et conseil­lers étant séparées, «Il faudra compter 1.695 circonscriptions électorales multipliées par deux en matière d’organisation », a-t-il expliqué.

De ce fait, le vice-président estime qu’une période de 90 jours est insuffisante pour organiser les élections. «A mon avis, ce délai est trop serré du point de vue technique, vu le nombre très élevé de candidats», a-t-il fait sa­voir. Cela d’autant plus que le projet Sacem ne finance pas les communales. Raison pour laquelle « la Ceni a proposé une date dans le but de promulguer le décret de convocation des électeurs ».

«Nous avons déjà avancé une date et il appartient maintenant au Gouver­ne­ment de prendre une décision», a-t-il conclu. En attendant, la Ceni poursuit les opérations d’amélioration de la liste électorale et se prépare pour la prochaine révision de cette dernière, prévue à partir du 1er décembre.

Tsilaviny Randriamanga/T.N

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique