Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

La lit Tanà : la troisième édition gagne de l’ampleur

La lit Tanà : la troisième édition gagne de l’ampleur

Pour la sixième fois, l’Ambassade de l’Inde a organisé hier à Tsaralalàna, avec la participation d’une dizaine d’artistes, la rencontre littéraire baptisée « La lit Tanà », qui signifie la littérature à Antananarivo. Selon Abhay Kumar, ambassadeur de l’Inde à Madagascar, l’événement prend de plus en plus d’ampleur.

Passionné de la littérature, Abhay Kumar, am­bas­sadeur de l’Inde à Madagascar, propose une rencontre régulière à l’Am­bas­sade de l’Inde à Tsa­ra­la­làna, le dernier vendredi de chaque mois. L’objectif est de créer une plateforme pour les artistes, afin qu’ils puissent partager leurs œuvres à travers une déclamation de poèmes ou un extrait de leurs textes.

«Tous les écrivains sont les bienvenus, qu’ils soient déjà des professionnels ou encore des amateurs ayant des œuvres à présenter», a expliqué l’ambassadeur.

« Ecouter les poètes »

La troisième édition a vu la participation de Ny Eja, Sylvia Randrianantoandro, Avelo Nidor, Mampianina Randria, Thina Andriafaly, Dol’Aj, Di’art Tsifoina, Lian­tsoa et James Danielle Rako­to­arisoa. Durant l’événement, ils ont présenté leurs œuvres et effectué une déclamation de poèmes.

«Il faut écouter les poètes, parce qu’ils parlent avec le cœur. Ils annoncent la vérité ressentie, les vents qui soufflent dans un pays, que ce soit au niveau de la politique ou social», a expliqué Abhay Kumar. L’ambassa­deur a aussi présenté un aperçu de ses poèmes. «J’aime plutôt parler des villes où j’ai habité, entre autres le Brésil, Moscou, New Dehli…», a-t-il confié.

Un échange culturel

Par ailleurs, Abhay Ku­mar prépare d’autres projets, toujours dans le but de renforcer les échanges culturels entre les deux pays. « J’aime­rais que des poèmes indiens soient traduits en langue malgache et des œuvres malgaches traduites en langue indienne pour une bonne connaissance de la culture des deux pays», a-t-il ajouté. Aus­si, il a annoncé que la bibliothèque de l’Ambas­sade est ouverte au public. «La plupart des livres sont écrits en anglais et parlent de la culture et de l’art in­diens», a affirmé l’ambassadeur.

Du reste, il envisage de créer une autre plateforme de rencontre avec les musiciens malgaches. L’objectif restera le même : le partage culturel.

Holy Danielle

 

Les commentaires sont fermées.