Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Dépenses publiques : plus de 8 milliards d’ariary détournés en 2017

Dépenses publiques : plus de 8 milliards d’ariary détournés en 2017

La Direction générale du contrôle financier (DGCF), auprès du ministère de l’Economie et des finances (MEF) a publié hier, à Faravohitra, un rapport accablant. Suite à un contrôle a postériori mené au sein des 25 ministères, pour l’exercice budgétaire 2017, le montant des préjudices financiers s’élève à 8 839 944 412 ariary, Sur une dépense de plus de 2 910 milliards d’ariary, la DGCF en a con­trôlé près de 436 milliards. C’est-à-dire, 15% seulement de la totalité des dépenses publiques au titre de l’année 2017.

Pourtant, des irrégularités relevées sont innombrables, entre autres, les fausses certifications de service faites par le Gestionnaire d’activité, les livraisons fictives de biens, prestations fictives de services, les détournements de biens, la confection de fausses pièces justificatives, fausses attestations de prise en charge, abus de fonction… Au total, la DGCF a relevé 222 cas d’irrégularités.

D’après Gilles Rabearinosy, directeur général de la DGCF : « L’insuffisance des moyens limite nos actions. C’est pourquoi nous n’avons pu contrôler que 15% de réalisation sur la totalité des dépenses. Notre objectif est surtout d’alléger les contrôles a priori  pour renforcer les contrôles a postériori dans la mesure où les malversations s’effectuent le plus a postériori ».

304 responsables concernés

Par ailleurs, 304 responsables sont mis en cause dans ces préjudices financiers dont 104 fournisseurs, 25 PRMP, 22 hauts employés et membres de cabinets, 5 régisseurs, 42 dépositaires comptables, 42 ordonnateurs secondaires et 54 gestionnaires d’activité.

« Certains rapports ont déjà fait l’objet de saisine auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) et du Conseil de discipline budgétaire et financier (CDBF), tandis que d’autres sont encore en cours d’exploitation », a affirmé le directeur général de la DGCF, Gilles Rabearinosy.

« Les sanctions peuvent être une simple amende financière en cas de mauvaise gestion mais peuvent aller jusqu’à une peine d’emprisonnement en cas de vol ou de détournement avéré », a-t-il précisé. A ce propos, la DGCF propose 170 types de sanctions dans le rapport qu’elle vient de publier.

 

Riana R.

Les commentaires sont fermées.