Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Démission du Gouvernement : Christian Ntsay maintenu ou pas ?

Démission du Gouvernement : Christian Ntsay maintenu ou pas ?

Sauf changement de dernière minute, le Gouvernement présentera sa démission ce jour. Le locataire d’Iavoloha sera nommé conformément aux dispositions de la Loi fondamentale.

Suspense. Selon des sour­ces concordantes, le Gouvernement prévoit de déposer sa démission ce jour à travers une déclaration faite à Iavoloha. Des journalistes sont d’ailleurs mobilisés à rejoindre les li­eux à l’heure où nous mettons sous presse (22h 00). Sauf revirement de situation, la vacance de postes interviendra donc dans les heures à venir à Mahazoarivo. Et conformément aux dispositions de la Loi fondamentale, les députés auront leur rôle à jouer.

L’article 54 de la Cons­ti­tution dispose en effet que  «Le Président de la Répub­lique nomme le Premier mi­nistre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale». C’est donc en toute logique que le Gouver­ne­ment présente sa démission, juste après l’élection des nou­veaux membres du bur­eau permanent de l’As­sem­blée nationale.

Cependant, la question du maintien ou pas de l’actuel Premier ministre, Chris­tian Ntsay, reste encore en suspens. D’autant que certains fidèles du chef de l’Etat restent toujours à l’affût. C’est notamment le cas des «personnalités d’envergure» qui ont choisi de se faire élire à l’Assemblée nationale sans pour autant prétendre à des postes au sein du bureau permanent.  Il ne sera pas étonnant qu’ils soient nommés quelque part.

Quoi qu’il en soit, l’actuel Premier ministre a choisi, ces temps-ci, de sillonner plusieurs régions pour montrer l’effectivité de l’Etat. A l’inverse de ses prédécesseurs, il dispose d’une certaine cote de popularité. Pour dire que son maintien ne sera pas une surprise, même si un éventuel changement reste une option.

Légitimité

Il en est de même pour l’équipe gouvernementale. A priori, selon les analystes, il ne devrait pas y avoir trop de changements, d’autant que l’évaluation évoquée par le président de la Répub­l­ique n’a pas encore été faite, du moins officiellement. Ce­ci étant, certains ministres semblent plus visibles que d‘autres.

Sur ce, parmi les nouveaux élus, certains pourraient intégrer également le Gouvernement à venir. Lors de sa prise de parole, juste après son élection à la tête de l’Assemblée nationale, Chris­­tine Razanamahasoa a d’ailleurs rappelé que les membres de l’Exécutif dev­raient être des personnalités qui ont obtenu l’onction populaire, tout en notant que des députés peuvent siéger légitimement au sein du prochain Gouvernement.

Quoi qu’il en soit, étant majoritaire à l’Assemblée nationale, l’IRD jouera sa partition, que ce soit lors de la nomination du chef de Gouvernement ou de la composition de l’équipe de l’Exécutif. Et ce, contrairement à la «rivalité» persistante entre les élus et l’Exé­cu­tif durant l’ancien régime à chaque changement de Gou­vernement.

 

J.P

Les commentaires sont fermées.