Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Requins : filière vivante à Madagascar

Madagascar abrite 80 espèces de requins dont 37 figurent sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Déjà, étant qualifiés d’espèces à faible fécondité et à croissance lente, ces requins plus vulnérables sont aussi victimes de surpêche et de la dégradation de leur habitat. Pourtant, la présence de requins est un indicateur de bonne santé de l’écosystème marin.

Environ 210 requins par an sont tués pour leurs ailerons (shark finning). Un kilo d’ailerons coûte 52 dollars, environ 187.000 ariary, a-t-on appris hier, auprès du  ministère en charge de la pêche (Maep). Un pêcheur artisanal gagne entre 200.000 et 1 million d’ariary pour deux mois de pêche. Madagascar a exporté 14 tonnes d’ailerons de requins en 2017. Et, les produits des requins généreraient entre 400 et 550 millions de dollars par an sur le marché international.

La journée de sensibilisation sur les requins, célébrée ce 14 juillet, a pour objectifs de mettre en lumière l’importance des requins, de promouvoir et d’encourager la mise en œuvre des mesures visant à conserver leur habitat naturel.

Le ministère de l’Environnement et du développement durable (MEDD) et le Maep, avec l’appui du Wildlife conservation society (WCS) se joignent à cet objectif et ont établi un Plan national de conservation et de gestion durables des requins et des raies à Madagascar. Ledit texte a été validé au mois de juin.

Arh.

 

Les commentaires sont fermées.