Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Budget des communales : 40 à 50 milliards d’ariary sont nécessaires

Budget des communales : 40 à 50 milliards d’ariary sont nécessaires

La décision du Gouvernement au sujet du calendrier des prochaines communales est toujours attendue. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) est en effet techniquement prête, mais le coté financier attend l’aval de l’Exécutif.

D’après la proposition de la Ceni, les dépenses de l’Etat seront révisées à la hausse car l’organe d’Ala­ro­bia aura besoin d’une somme évaluée entre 40 et 50 mil­liards d’ariary pour ces élections selon son vice-président, Thierry Rakotonarivo hier. Un budget qui ne prend pas en compte une supposée révision spéciale de la liste électorale.

«Les communales engagent plus de dépenses que les dernières législatives. Outre le changement au niveau logistique, l’inexistence de financements extérieurs en est aussi la raison», a souligné le numéro 2 de la Ceni.  Ce dernier a rappelé que les deux précédentes élections ont bénéficié du financement dans le cadre du projet Soutien au cycle électoral à Madagascar (Sacem).

Jointe au téléphone, une source auprès du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation assure par ailleurs que «Les questions financières restent à déterminer étant donné que la responsabilité revient au ministère des Finances et du budget». Elle ajoute que, normalement, les moyens financiers devront être définis et prêts dès la validation de la date des scrutins.

Volet technique

Les différentes charges relatives à ces élections re­quièrent la hausse du montant de la caution des candidats dans certaines circonscriptions telles que la capitale. En attendant, la Ceni a décidé de reporter la date de début du dépôt de candidature au 1er août au lieu de 20 juillet. Le retard de la sortie du décret de convocation des électeurs en est la raison, a indiqué Thierry Rakotonarivo. Cela n’impactera toutefois pas le calendrier déjà établi par la commission, notamment la date des élections, encore fixée pour le 28 octobre.

Quoique cette date n’ait pas encore été entérinée par le Gouvernement, les préparatifs des communales sont déjà en cours. D’après une source au­près du ministère de l’In­térieur et de la décentralisation, la sécurisation du processus incombera à ce département. Cela, «dès la convocation des électeurs jusqu’à la fin des contentieux électoraux », a-t-elle fait savoir. Il appartient ainsi aux chefs de districts et préfets de police d’établir et de coordonner le plan de sécurisation du processus.

« Tous les préparatifs sont déjà en cours, notamment la supervision en amont au niveau territorial. Le ministère n’attend plus que le décret de convocation des électeurs », a expliqué notre source. La sécurisation du processus comprend en effet le déploiement du matériel de vote, le déroulement des scrutins ainsi que les opérations de décompte des voix et des contentieux électoraux.

Dans tous les cas, les aspects techniques reviennent à la Ceni. Celle-ci est d’ailleurs déjà en pleine préparation de la tenue des formations ou encore celle de l’amélioration de la liste électorale.

T.R /T.N

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique