Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Décentralisation effective : le Gouvernement effectue une mise au point

Décentralisation effective : le Gouvernement effectue une mise au point

La politique visant à affecter plus de pouvoir aux régions n’a pas été abandonnée. Le sujet fera bientôt l’objet d’une consultation nationale.

Elaborer la nouvelle politique sur la décentralisation. Tel est l’objectif du Gouvernement à travers une réunion organisée hier au palais d’Etat de Mahazoarivo. Le Premier ministre, Chris­tian Ntsay, et quelques membres du Gouvernement se sont penchés sur différentes questions se rapportant no­tamment à la manière de développer les régions. Cela conformément à la vision fixée dans la Politique générale de l’Etat de donner plus d’autonomie aux Collec­tivités territoriales décentralisées.

 «Le Gouvernement a fixé comme objectif d’affecter plus de pouvoir aux régions. Nous devons pour cela, adopter une toute nouvelle façon de collaborer avec les régions afin qu’elles puissent être capables d’agir vite et de résoudre à elles seules les problèmes qu’elles rencontrent», a indiqué Christian Ntsay.

Pour le moment, l’insuffisance de moyens techniques et financiers demeure le principal obstacle de la mise en place de la décentralisation effective. L’Etat compte ainsi à travers la nouvelle politique, aider les régions à avoir plus d’autonomie. Cela en les laissant notamment profiter de leurs propres potentialités économiques.

«La question de recevabilité doit être réétudiée. Il faut que les régions à fortes potentialités économiques soient les premières à bénéficier de leurs propres ressources na­turelles», a expliqué le locataire de Mahazoarivo.

Consultation nationale

En ce qui concerne les questions juridiques par rapport à cette nouvelle politique, le Premier ministre a fait savoir que celles-ci de­vront prochainement faire l’objet d’une consultation nationale. Il en est ainsi des questions relatives aux passages des textes qui devront faire l’objet d’une réforme. En même temps, ces prochaines réunions qui verront la participation de tous les acteurs concernés par la décentralisation, seront également l’occasion de déterminer le type de décentralisation à mettre en place. Idem pour la limite du pouvoir qui sera conférée aux responsables des collectivités.

Ces procédures de mise au point vont durer au moins deux mois, d’après les précisions de Christian Ntsay. Une période largement suffisante pour perfectionner les futurs projets de loi à élaborer à partir des idées recueillies lors des différentes réunions qui seront organisées prochainement. Les textes de loi en question pourraient être ainsi présentés lors de la prochaine session ordinaire de l’Assem­blée nationale qui s’ouvrira en octobre. D’autres projets suspendus, tels qu’une éventuelle retouche de la Consti­tution, attendent l’ouverture de cette toute première session ordinaire de la nouvelle législature.

Tsilaviny Randriamanga

 

Les commentaires sont fermées.