Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Code de la communication: les points controversés à la loupe

Code de la communication: les points controversés à la loupe

Les consultations régionales se poursuivent autour de l’amélioration du Code de la communication adopté lors de la dernière Législature. Les débats tournent autour de 7 points précis et devraient être clos d’ici la fin de ce mois.

L’équipe du ministère est à pied d’œuvre dans les consultations régionales destinées à améliorer le Code de la communication. D’après le directeur général de la Communica­tion, Tiaray Fanahimana, joint au téléphone hier, sept points sont sérieusement débattus autour du texte adopté en 2015. « Nor­ma­lement, le terme approprié est ‘’Loi’’ et non plus ‘’Co­de” », a fait savoir le DG du ministère. La promotion du journalisme fait également partie des sujets à débattre, notamment les droits retirés aux journalistes dans le texte actuel. « Les propositions des journalistes lors du mouvement pour la liberté d’expression, ont refait surface », a-t-il précisé.

L’octroi de la carte de presse et les avantages du métier ont ainsi été sérieusement discutés. Il s’agit d’avantages fiscaux, notamment sur le salaire mais aussi douaniers, précisément sur les outils pour la profession du journalisme. En ce qui concerne la couverture nationale, aucune objection n’est faite à condition que les stations de radio ou télévision souhaitant le faire, basculent vers la TNT.

Restitution en août

La composition de l’Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée (ANRCM) sera également rééquilibrée. « Si auparavant l’Etat était majoritaire dans sa composition, le nouveau texte divise en deux parts égales les membres issus du privé et de l’Etat », a souligné Tiaray Fanahimana. Il appartiendra également à l’organe de délivrer ou de retirer les licences et les visas, si cela incombait au ministère au­paravant. Du reste, tout re­cours sera effectué auprès du Conseil d’Etat étant don­né que le ministère n’aura plus de pouvoir de contrôle.

Par ailleurs, selon toujours le directeur général de la Communication, « La restitution nationale se tiendra vers le début du mois d’août à Antananarivo ». Jusqu’à hier, les consultations se sont tenues à Antsirabe, Toa­ma­sina, Antsiranana et Maha­janga. L’équipe se dirige ac­tuellement vers Fianaran­tsoa. Le DG de la communication a précisé que le texte devrait être finalisé cette année. « Nous déposerons d’ici peu les propositions aux Conseils du gouvernement et des ministres qui vont les traduire en projet de loi », a-t-il expliqué. Il appartiendra ensuite au Gouver­nement de déposer le texte au Parlement pour adoption. «Nous ne pouvons pas déterminer à quel moment il sera adopté», a-t-il conclu.

 

Tahina Navalona

Les commentaires sont fermées.