Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

« Le temps d’une soupe »: quand l’art relationnel est privilégié

« Le temps d’une soupe »: quand l’art relationnel est privilégié

Depuis trois jours, la compagnie Atsa (quAnd l’arT paSse à l’Action) et l’association La Teinturerie organisent ensemble un évènement baptisé « Le temps d’une soupe », au jardin d’Antaninarenina. Il s’agit en fait d’inviter deux inconnus à discuter d’un thème précis devant une soupe. « Les Malgaches sont impliqués et engagés », a annoncé Annie Roy d’Atsa.

« Au Canada, le gouvernement a proposé un programme Nouveau chapitre qui incite les artistes à créer des idées extraordinaires en art et partout dans le monde. Et le concept « Le temps d’une soupe » a été sélectionné parmi les 200 projets exceptionnels », a expliqué Annie Roy. Ainsi, depuis deux ans, la compagnie Atsa a voyagé dans plusieurs grandes villes du monde pour présenter le concept « Le temps d’une soupe ». « Et, il y a deux ans, nous avons contacté La Teinturerie qui a accepté de travailler avec nous », a-t-elle expliqué.

Pour la stimulation de la confiance en soi

L’idée générale de l’évènement est d’inciter le public à l’art relationnel où la rencontre avec l’autre est mise en exergue. Sur ce, la compagnie a créé un scénario spécial qui tourne autour de la restauration. Durant les trois jours, divers thèmes se trouvent dans le menu, entre autres « La place de la femme », « L’art et la culture », « Le tourisme sexuel »… Ainsi, face à un inconnu, les participants se lâchent dans les discussions et arrivent plus à argumenter face au thème demandé. « L’évènement éveille la confiance en soi de chacun et la découverte de l’autre », a expliqué notre interlocuteur.

Après chaque discussion, lorsque la soupe est terminée, les participants résument en une phrase ou expression leur idée, l’écrivent sur une planche et seront ensuite photographiés. « La photo est visible sur notre site www.atsa.qc.ca ».

Le public a son mot à dire

Durant ces trois jours, les chaises sises à Antaninarenina étaient toujours occupées, le public a joué le jeu. « Après avoir visionné les photos, nous avons remarqué que les Malgaches sont impliqués et engagés. Peut-être réservés, mais ils sont soucieux de la situation qui se passe au pays. Ils ont leur mot à dire », a expliqué Annie Roy. Après Madagascar, la compagnie Atsa mettra le voile vers l’île Maurice pour une autre tournée « Le temps d’une soupe ».

Holy Danielle

Les commentaires sont fermées.