Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Hier comme aujourd’hui

Hier comme aujourd’hui

 Alors que certains ne l’espéraient même pas, d’autres ont osé croire que les habitudes d’hier faisaient partie du passé. Mais entre hier et aujourd’hui, il n’y a qu’un pas. L’ère du changement ne semble pas avoir atteint tout le monde. A peine les résultats officiels des législatives ont-ils été proclamés par la HCC, que voilà nos chers députés indépendants se sont empressés de déclarer qu’ils soutiennent le régime en place. Ce qui n’est pas foncièrement une mauvaise chose, mais des question se posent quant à l’opportunité et la nécessité de la démarche. Combien de fois les anciens députés indépendants ont-ils subi les foudres de leurs électeurs pour les avoir « trahis » en ralliant un parti ? Apparemment, cela n’a pas servi de leçons certains. Ne pouvaient-ils donc pas s’abstenir au lieu de se comporter de la sorte ?

Le soutien au régime peut se présenter sous différentes formes, notamment à travers les séances d’adoption ou de rencontre avec le Gouvernement. Le fait même d’avoir prononcé de telles déclarations de soutien reflète le non-respect des électeurs. Pourquoi avoir élu un indépendant si c’est pour que celui-ci revête les couleurs d’un parti plus tard ? Bref, l’image véhiculée par certains représentants de l’Assemblée nationale semble déjà refléter les ambitions des futurs occupants de l’Hémicycle. L’on espère seulement que cette initiative de soutenir le président ne soit pas juste un moyen de surenchérir plus tard. Même si ces nouveaux députés n’ont pas su tirer les leçons du passé, le président, lui, semble avoir opté pour l’ère du changement. Et ceux qui, auparavant, avaient pour habitude de verser dans le laxisme ou les chantages risquent ainsi d’avoir de mauvaises surprises également.

Une chose au moins est déjà certaine, la stabilité politique est assurée, avec ou sans les indépendants. La déclaration de mardi dernier peut n’être qu’anecdotique, une simple formalité, peut-être pour dire qu’ils existent et ne doivent pas être laissés pour compte. Qu’ils basculent ou non vers l’opposition, cela risque également de ne rien changer.

T.N

 

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas rendue publique