Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Chronique :en sortant de l’école, nous avons rencontré…

Il est dix-sept heures, les établissements scolaires déversent leurs flots d’élèves  dans les rues.  A cette heure avancée de la journée, les épi-bars sont déjà pris d’assaut par la clientèle assoiffée et affamée des travailleurs (et de ceux qui ne travaillent pas). Pas une rue qui n’ait ses épi-bars, brochettes et bières en évidence pour attirer le chaland. Chaque jour, à la sortie de l’école, les élèves se voient donc offrir le même film peu ragoutant d’adultes avachis sur la devanture des épiceries, quand ce n’est pas sur les trottoirs, adultes qui chantent, hurlent et s’invectivent à qui mieux-mieux pour dire qu’ils existent.

Si quelques enfants s’éloignent à la hâte en évitant de regarder le spectacle affligeant, la plupart ne prêtent plus attention à ce qui ces dernières années est devenu la norme.  Les plus âgés s’attardent près des stands de masikita et de fritures pour faire une pause malbouffe avant de rentrer chez eux.

Devant un épi-bar, deux adolescentes devisent gaiement. Elles s’expriment dans unfrangasy imagé, orné de figures de style empruntées aux séries et aux films «gasy» qui font fureur aujourd’hui.   Elles  sont visiblement ravies de passer ce moment ensemble. Cela ne les empêche pas de s’interpeller  à grand renfort d’insultes pour lesquelles on en serait venu aux mains il n’y a pas si longtemps. Ne soyez pas prudes, expliquent-elles dans un sourire, c’est  ainsi qu’on manifeste son amitié quand on est un jeune, aujourd’hui.  Elles précisent que si elles n’étaient pas aussi proches, elles ne se permettraient pas ce vocabulaire.

Assurément, ces adolescentes ne déparent pas dans le paysage des adultes qui débitent des grossièretés avec le même enthousiasme.  Pour autant, on ne se réjouira pas de ce rapprochement intergénérationnel autour de la vulgarité. Sans jouer les gardiens de la morale, il est opportun de se rappeler que dans notre pays, on considère que c’est encore aux aînés de montrer l’exemple.

KembaRanavela

Les commentaires sont fermées.