Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Les moindres choses…

Les moindres choses…

Le Rwanda renaît de ses cendres après l’un des pires génocides que l’humanité n’ait jamais vu. Pourtant, 15 ans après, ce pays enclavé de l’Afrique centrale est devenu un modèle de réussite pour le continent. Le président de la République malgache ne s’est donc pas trompé en faisant de Paul Kagame et son pays l’un des modèles à suivre dans la voie de l’émergence.

A priori, Madagascar peut aller plus loin que le Rwanda en 15 ans si l’on compare les moyens et les potentiels actuels de la Grande île par rapport à ce dont ce pays disposait en 1994. En effet, notre pays dispose de tous les avantages pour devenir une puissance économique de l’Afrique si le régime arrive à le mettre sur l’orbite du développement, en s’inspirant de Paul Kagame.

Il suffit donc de trouver le secret de Kagame, un chef d’Etat devenu un héros de l’Afrique en tenant tête à la France et en chassant la pauvreté de son pays. Et heureusement, il n’en fait pas un secret. Il a tout simplement  affirmé : « Parce qu’il y a des fils et des filles dans ce pays ». Cette phrase illustre l’engagement de chaque citoyen dans la prise en main du destin de la nation.

C’est tout à fait normal donc que Kigali fasse partie des capitales les plus propres d’Afrique. En effet, le respect de la propreté est un acte fondamental de l’engagement citoyen. Sans cet engagement élémentaire, le patriotisme ne reste qu’un vain mot. Et, un vénéré sauveur disait que « celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes ».

C’est le minimum requis donc pour que chaque Malgache puisse contribuer à réaliser un miracle à la rwandaise. Pourtant, à en juger l’odeur de pisse qui flotte dans l’air d’Analakely à l’approche de la fête de l’indépendance, Antananarivo est encore à mille lieues de Kigali. Pire encore, certains observateurs affirment qu’Antananarivo est ingérable. Serait-ce le signe de la liberté ? Certainement. Une liberté dans la saleté. En somme, un immense défi attend nos gouvernants pour ériger Madagascar en modèle pour l’Afrique…

T.Rasam

Les commentaires sont fermées.