Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Flash
Préc Suiv

Société civile-Législatives: pour une révision du critère d’éligibilité

Société civile-Législatives: pour une révision du critère d’éligibilité

Le président de la société civile Vohifiraisana demande une réflexion par rapport au faible taux de participation aux législatives. De ce fait, il propose la prise en compte du taux de participation dans les critères d’éligibilité d’un candidat.

La société civile a émis des remarques par rapport aux résultats provisoires annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Elle a particulièrement insisté sur le faible taux de participation qui est de 40 % dans tout Madagascar. Ndriandahy Mahamoudou, président de la plateforme de la société civile Vohifiraisana, propose la prise en compte du taux de participation dans les critères d’éligibilité des candidats députés. Il a souligné le fait que certains candidats ont été élus sous un très faible taux de participation et malgré cela, ils pourront représenter les habitants de leur district à l’Assemblée nationale.

« Le faible taux de participation aux législatives dans plusieurs districts durant méritent une réflexion. Peut-être qu’il serait temps d’étudier la possibilité de fixer un taux de participation minimum à partir duquel un candidat élu pourrait représenter son district », a-t-il lancé.

Ce membre de la société civile a souligné en même temps qu’il ne faut pas imputer automatiquement l’entière responsabilité de ces baisses du taux de participation aux citoyens. D’après lui, ces derniers seraient déçus par la manière dont les élections ont été organisées. « Il faudrait améliorer certains points si nous voulons changer la situation aux prochaines élections », a soutenu Ndriandahy Mahamoudou.

Concernant le déroulement des législatives en général, la société civile Vohifiraisana a indiqué que des changements positifs ont été constatés par rapport à la dernière élection présidentielle. Il s’agit notamment des améliorations des différentes formations en période électorale. Il a affirmé également que les candidats auraient amélioré leur comportement durant la campagne électorale. Ce qui n’était pas le cas des candidats lors de l’élection présidentielle durant laquelle certains candidats se versaient, d’après leur constat, dans des attaques personnelles au lieu de rester dans le domaine politique.

Par ailleurs, Ndriandahy Mahamoudou n’a pas manqué de féliciter la prise de mesure contre les tentatives de fraudes durant ces législatives du 27 mai. « La sanction de membres de bureau de vote ainsi que de représentants de l’administration électorale est une grande première dans l’histoire des élections à Madagascar », a-t-il poursuivi.

 

Tsilaviny Randriamanga

Les commentaires sont fermées.